Salle de l’Assemblée Nationale : besoin de coups de balai et de pinceau !

0
232

 L’Assemblée  Nationale, depuis l’Indépendance de la République de Guinée en 1958, n’a pas un siège qui lui convient. La classe politique, n’en fait même pas un sujet de débat national alors qu’elle s’apprête à y siéger, après la proclamation définitive des résultats des dernières législatives. Reportage.

C’est le palais du peuple,  précisément la salle du 02 octobre qui abrite  et qui continuera à  héberger   les 114 prochains députés, élus par le peuple. Dans quelques jours ou semaines, cette salle recevra ces  députés issus de la proclamation définitive par la Cour suprême  des résultats du  scrutin du 28 septembre 2013.

Cette  salle, malgré qu’elle ne soit pas conforme au siège d’une assemblée Nationale, a besoin d’être rénovée  avant la proclamation des résultats définitifs. Sur la question nous avons rencontré l’Administrateur général du Palais du peuple.

Etat des lieux

«La salle a besoin de vernissage, de changer ses moquettes et améliorer sa sonorisation  dans un premier temps avec un assainissement. Comme ça, elle deviendra accueillante » affirme  Moise Djouma Mara l’administrateur général du palais du peuple. Parlant de l’électrification, il dira que le courant qui alimente le palais du peuple provient des installations de l’Electricité de Guinée ( EDG). Par conséquent le courant n’est pas du tout stable.

« On a quand même ici, un groupe électrogène qui consomme près de  160 litres par  jour. Il revient donc aux futures députés de voter un budget  pour l’électrification de salle » a-t-il ajouté.

L’administrateur du palais entend faire beaucoup de reforme bien avant l’arrivée des 114 députés. « Chaque député aura un bureau cette fois-ci. L’ autrefois, c’était de la divagation » déplore-t-il.

La séparation du pouvoir est un élément fondamental dans une démocratie. Cela est une réalité  en Guinée  comme  l’indique  la Constitution guinéenne. Mais si les pouvoir exécutif et judiciaire ont chacun un  siège digne de nom, tel n’est le cas du pouvoir législatif. Celui  qui est d’ailleurs habilité à légiférer les lois

Au  temps de l’ancien président, feu Général Lansana Conté, un projet de construction d’un siège de l’Assemblée Nationale avait vu le jour. De nos jours, cela est tombé dans les oubliettes comme beaucoup d’autres  projets.

«  J’ai entendu parler de ça comme vous ! Il y a  eu  la pose de la  première pierre  et depuis rien ne filtre. Donc pour moi, à ce jour, c’est un projet éteint. Il est question de le réactiver avec la coopération bilatérale » pense M. Mara.

En ce qui concerne la prochaine rentrée parlementaire, le CNT qui en assure l’intérim depuis l’ouverture de la transition en Guinée, , est  entrain de faire la simulation d’accueil en ce moment  afin de donner à cet événement une envergure nationale, nous indique-t-on.

{jcomments on}

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici