Communautarisme: Saloum Cissé du Rpg s’en prend aux politiciens… (entretien)

0
200

A 48 heures de la publication de l’arrêt de la cour suprême fixée au vendredi 15 novembre, le secrétaire général du RPG-arc-en-ciel Saloum Cissé a accordé un entretien à la rédaction de guineetime au cours duquel, il a évoqué moult sujets de l’actualité politique nationale.  C’était à son domicile mercredi 13 novembre.

Des législatives du 28 septembre
Saloum Cissé a salué comme bon nombre de Guinéens, d’observateurs, le calme et la sérénité qui ont caractérisé les dernières législatives.

« Nous saluons l’esprit de transparence, d’abnégation des uns et des autres par ce que le scrutin du 28 septembre  s’est passé dans de très bonnes conditions. Les gens croient que  c’est avoir le nombre absolu de députés qui est important, non. C’est l’esprit de transparence, de compréhension, de tranquillité pour le pays qui importe.»

Après donc  les résultats provisoires proclamés par la CENI, il s’est avéré que c’est la première fois que l’opposition ait un tel nombre de députés  par rapport au parti au pouvoir en Guinée. Ce qui a d’ailleurs fait réagir certains observateurs de la vie politique guinéenne en disant que  «  c’est un vote  sanction infligé au  parti au pouvoir. Notamment le fait qu’il n’ait eu  aucun député à l’uninominal à Conakry.

Mais pour le secrétaire général du Rpg-arc-en-ciel: « Cela démontre à suffisance  l’esprit de transparence dans lequel, ces élections se sont passées et la volonté manifeste  du pouvoir d’être transparent » »

De la Cour  suprême
Pour l’instant les regards sont tournés vers la cour suprême qui doit trancher  définitivement  les résultats, le 15 novembre prochain. Dans l’attente des résultats, chaque parti réclame qu’il soit rétabli dans ses droits.

Pour Salim Cissé, le parti au pouvoir a déjà  déposé ses requêtes à la cour suprême, afin qu’il soit rétabli dans ses  droits. « Nous n’avons pas d’autres recours en Guinée  si ce n’est pas la cour suprême. Donc il faut avoir confiance  à cette institution pour que la vérité soit rétablie. Car la loi est impersonnelle, elle s’applique d’une manière horizontale et verticale » a dit le secrétaire général du RPG arc-en-ciel. On s’en tiendra  à ce que la cour suprême, par ce que nous somme respectueux des lois de la République, ajoute Saloum Cissé.

De l’unité nationale
 « Vous savez, l’unité nationale est un créneau, un passage obligé pour le décollage économique  d’un pays et depuis  1959 à maintenant le tissu social n’a jamais été aussi ébranlé comme nous le vivons maintenant » a-t-il dit.

Pour tenter d’expliquer cet état de fait, Saloum Cissé s’en prend aux politiciens-il en est un- et aux médias qu’il accuse d’être à la base de cette triste réalité. Il déclare: « les principaux acteurs de cette désarticulation sociale  sont  les journalistes et les politiciens. La liberté de la presse je dirai, ça été  une liberté sauvage, elle  n’a pas été suivie. Quand tu écoutes certaines radios privées de la place, je peux les comparer à la  radio mille colline, alors c’est ce qui est très regrettable ».

Par ce que poursuit-il, une radio privée doit jouer un rôle de cohésion, de formation, de projection et de perspectives mais nous voyons certaines radios  privées ici, qui incarnent l’ethnie. Cela est très dangereux, se plaint Saloum Cissé.

Pour ce faire, il invite les journalistes  à respecter l’éthique et la déontologue  qui régissent le métier du journaliste. Pour les partis  politiques il dira: « … un parti politique se crée autour d’un programme, d’une volonté, d’un réalisme qui peuvent tirer  la  société de l’ornière.

De l’Assemblée Nationale
La population guinéenne est majoritairement pauvre, pourtant la Guinée est l’un des pays les plus riches au monde en ressources naturelles. C’est pourquoi, Saloum Cissé décline déjà les priorités du parti au pouvoir une fois à l’Assemblée Nationale.

« Notre objectif principal c’est de faire un encrage  économique incontestable à court et moyen termes, surtout  à court terme. vous savez le peule de Guinée a beaucoup de contraintes, mais il faut faire face aux contraintes majeures dans  l’immédiat. Ce sont ces préoccupations là qui sont les nôtres et que nous voulons à tout prix satisfaire dès après la proclamation des résultats définitifs. »

 Parmi les priorités, figurent la réalisation des infrastructures routières, l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire, la modernisation et l’équipement des établissements scolaires et universitaires entre autres.{jcomments on}

Entretien réalisé par Aboubacar Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici