Travaux Publics : une affaire bien embarassante pour le ministre Mohamed Traoré

0
397

A peine parti des locaux de la direction générale du Fonds d’Entretien routier ( FER), voilà des bruits de casseroles qui empêchent la journée du nouveau ministre des Travaux Publics, Mohamed Traoré.

 

Le successeur de Bah Ousmane est cité dans une sordide affaire de  » surfacturation » des montants de contrats avec les prestataires du FER. Ces  » gonflements » de coûts de réalisation des marchés sont constatés sur plusieurs contrats, en croire le directeur national de l’Entretien routier, qui a tout déballé ce mardi sur les ondes de la radio Espace fm.

M. Sandouno est revenu dans les dossiers dans lesquels M. Mohamed Traoré, alors directeur général du FER, exigeait des patrons des entreprises detenant les contrats de revoir à la hausse le montant des dits de marchés de plus de 100 millions gnf.

Le directeur nationale de l’Entretien routier est allé jusqu’à dévoiler le contenu d’une conversation entre le patron d’une de ces entreprises BTP et lui-même ! Ce, à propos de ce que lui a exigé de faire le sieur Traoré :la surfacturation afin que le surplus lui revienne.

Dans la gestion de ces contrats liés aux projets d’assainissement de la voirie urbaine de Conakry à la faveur du 40èm sommet du CIMAE, M. Sandouno reconnait qu’un chiffre est passé de 2 à plus de 3 milliards gnf !

Ce dossier semble compliqué. Le ministre des Travaux publics d’alors, El Hadj Bah Ousmane et l’homme par qui ce scandale est confirmé, Sandouno, ont apposé leurs signatures sur l’un des documents ! Et nul d’entre eux n’a mis sur la place publique ces malversations présumées.

Et pire, entre temps, Mohamed Traoré qui, sous d’autres cieux, devait répondre de ses actes, a été bombardé ministre des Travaux publics.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici