» Transactions opaques » d’Hyperdynamics en Guinée : une enquête de la Justice américaine en cours

0
181

Le ministère de la Justice américain (Department of Justice) et la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse de New-York, enquêtent actuellement sur les activités de la société américaine Hyperdynamics à propos des conditions d’obtention et du maintien de sa concession en Guinée.

Dans le même temps, le pays d’Afrique de l’Ouest, l’un des plus pauvres du continent, a indiqué que les droits accordés à Hyperdynamics sur près d’un tiers du bloc pétrolier offshore feraient partie d’un examen des « transactions opaques » qui incluent également la société de l’homme d’affaires israélien Beny Steinmetz, BSGR.

La société pétrolière britannique Tullow Oil a déclaré un cas de force majeure sur son permis d’exploration en Guinée suite à une enquête réglementaire des États-Unis sur son partenaire Hyperdynamics.

En réaction, la superjunior Tullow Oil, cotée à Londres, a déclaré un cas de force majeure sur son permis d’exploration en Guinée. « Tullow a décidé qu’il ne peut procéder à des activités sur la licence jusqu’à ce que ces problèmes soient résolus. Tullow espère une solution rapide à ces questions et attend avec impatience de continuer à fonctionner avec ses partenaires en Guinée », a déclaré un porte-parole du groupe britannique à Reuters.

Activités à l’arrêt

Hyperdynamics et Tullow explorent une zone de 18 750 kilomètres carrés au large de la côte africaine avec Dana Petroleum, une filiale de Korea National Oil Corporation. Tullow Oil a déclaré le mois dernier qu’il avait l’intention de commencer à forer au deuxième trimestre 2014. La superjunior britannique est active dans la concession depuis avril 2013, date à laquelle elle a acquis une participation de 40 % dans le projet auprès de la filiale d’Hyperdynamics, SCS Corp.

De son côté, Hyperdynamics a déclaré mercredi 12 mars qu’il n’était pas en mesure de prédire l’impact de la déclaration de force majeure de Tullow. Ray Leonard, le directeur général de la société, avait déclaré en octobre que les enquêtes n’affecteraient pas la capacité de l’entreprise à explorer cette concession de pétrole au large de la côte guinéenne.

Jeune Afrique Economie

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici