Hamdallaye : il a été tué pendant les manifestations contre la pénurie d’eau..

0
221

Les manifestations enregistrées mercredi 12 mars sur l’axe Hamdallaye- Bambéto – Lambanyi en banlieue de Conakry, n’ont pas fini de livrer tout leur bilan. Seydouba Bangoura 20 ans, tailleur de son état a été tué lors desdites manifestations.

Informée de la mort de Seydouba Bangoura, notre rédaction est allée aux nouvelles en ce jeudi 13 mars. Aidé par les services d’un guide, nous sommes au domicile de la famille de la victime. Un endroit perdu dans les « forets marécageuses » et enclavées du secteur Kakimbo, quartier Ratoma. Là, des parents, proches, et amis sont présents à l’effet de partager le deuil de la famille de Seydouba Bangoura. Yamoussa Bangoura, père de la victime, qui retient à peine ses larmes, demande aux autorités la lumière sur la mort de son fils.

Retour sur un récit émouvant. Yamoussa Bangoura père de la victime témoigne: « Je ne sais rien de mauvais comportement de mon fils. Il ne boit pas, ni ne fume. C’est moi qui l’ai envoyé apprendre la couture à Avaria au quartier Madina. A la nuit tombée, puisque nous mangeons toujours ensemble avec mes autres enfants, je ne l’ai pas vu. C’est ainsi qu’on a commencé à le chercher. Et nous avons appris la cruelle nouvelle. Nous demandons aux autorités de faire la lumière sur la mort de mon fils pour que justice soit faite.

Nous sommes des ouvriers, nous sortons pour chercher les dépenses pour pouvoir manger. Nous avons besoins que le gouvernement assure notre sécurité. Nous sommes inquiets pour notre sécurité… »

Mohamed Lamine Diaby lui est chef secteur adjoint de Kakimbo, quartier Ratoma centre. Il a confié:  » Séydouba Bangoura quittait son lieu de travail pour la maison. C’était aux environs de 19 heures. Arrivé à Hamdallaye Pharmacie sur la route le Prince, il a croisé des agents de service de sécurité. De passage, on lui a dit de s’arrêter, il a pris peur, il a tenté de s’échapper, ils ont tiré sur lui à bout portant. On l’avait appelé sans cesse sans succès. Quelques minutes plus tard, on nous a appelé par son propre numéro de téléphone pour nous dire qu’il est allongé à Hamdallaye -Pharmacie dans un état critique… C’est ainsi que nous sommes arrivé sur les lieux. Nous l’avons envoyé à l’hôpital Donka, malheureusement,  il succomba aux blessures. »

Mohamed Lamine Diaby précise que c’est un groupe de policiers qui a tué Seydouba Bangoura. Selon lui, le maire de la commune de Ratoma, le gouverneur de la ville de Conakry Sékou Resco Camara ont pris la promesse ferme de faire la lumière sur ce drame.

Quant à Mamadou Alpha Bah, le maitre tailleur de Seydouba, il dit être informé de la mort de son apprenti ce matin du jeudi 13 mars. Seydouba venu à mon atelier en novembre 2012, était un enfant respectueux, poli et travailleur.

Au moment où nous prenions congé de Yamoussa Bangoura et famille, le corps de Séydouba Bangoura était à la morgue de Donka. Il rejoindra sa dernière demeure ce vendredi, pour le repos éternel.

Pour rappel, depuis lundi dernier, des femmes manifestent sur la route le Prince contre la pénurie d’eau potable.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici