» Pour l’instant, il n’y a pas de fièvre Ebola à Conakry » Dr Sakoba Keita

0
193

« Pour l’instant, il n’y a pas de fièvre Ebola à Conakry, mais une fièvre hémorragique dont la nature reste à déterminer ». C’est l’une des dernières assurances faite par Dr Sakoba Keita du ministère guinéen de la Santé, à propos de la fiève Ebola qui a tué 59 morts en Guinée depuis février 2014.

 Trois cas de décès, dus à une fièvre hémorragique à Conakry, a laissé penser à l’épidémie d’Ebola, déclarée depuis février au sud de la Guinée, à Macenta, Kissidougou et Guéckédou. Pourtant dans une déclaration, hier dimanche, le bureau du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance avait noté que la fièvre Eboila avait atteint Conakry.

« Au moins 59 des 80 personnes qui ont contracté Ebola dans ce pays d’Afrique de l’Ouest sont mortes jusqu’à présent. Ces derniers jours, la fièvre hémorragique mortelle s’est rapidement répandue des préfectures de Macenta, Guéckédou et Kissidougou (Sud) à la capitale, Conakry », déclare l’Unicef dans un communiqué.

Cette information, démentie par le ministère guinéen de la Santé, l’est également de la part de l’Organisation mondiale de la Santé ( OMS).  L’OMS répète que trois (3) cas suspects ayant entrainé deux (2) morts sont présentement  » sous investigation » à Conakry par les experts médicaux.

Le virus Ebola se manifeste par une poussée de fièvre, des diarrhées, des vomissements, une fatigue prononcée et parfois un saignement. Avec un taux de mortalité de 90 %, il figure parmi les plus contagieux et mortels chez l’homme, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il n’existe aucun traitement ni vaccin. Il se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés.

C’est la toute première fois que la fièvre Ebola, qui touche habituellement la République démocratique du Congo (RDC), l’Ouganda, le Gabon ou le Soudan du Sud, est signalée en Guinée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici