Voici pourquoi Kassa est.. une sous-préfecture ( officiel)

0
1502

L’ile de Kassa, située aux larges de Conakry, est devenue il y a quelques jours une sous-préfecture, selon les termes d’un décret du président de la République, Pr Alpha Condé. Guinéetime a cherché à comprendre les raisons profondes de cette décision.

 

Au département de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, où les spécialistes préparent leur sortie d’explication à travers les médias, l’on trouve plusieurs motifs sur les plans historique, social et juridique.

Sur le plan juridique, le MATD se base sur des dispositions des articles 134 et 135 de la Constitution guinéenne. Ceux-ci stipulent, article 134 :  » L’organisation territoriale de la République est constituée par les circonscriptions territoriales et les collectivités locales. Les circonscriptions territoriales sont les préfectures et les sous-préfectures. Les collectivités locales sont des régions, les communes urbaines et les communes rurales ».

Le même article poursuit :  » la création des circonscriptions territoriales, leur réorganisation et leur fonctionnement relève du domaine réglementaire ».

Dans un  » Mémorandum » du département de Alassane Condé, l’on note que cette  » érection » de Kassa en sous-préfecture est donc  » un acte réglementaire », pris conformément aux dispositions des articles cités et ne pouvant faire l’objet  » d’aucun recours à son annulation ».

 » L’absence d’une préfecture et la situation géographique des iles de Loos ne peuvent être de nature à entacher l’acte administratif du Chef de l’Etat », lit-on dans ce document technique. Lequel insiste que cette sous-préfecture ne peut pas être  « une institution qui a une autonomie qui lui fait échapper aux lois de la République. »

Sur le plan social, le MATD justifie ce changement  par le fait que  » la situation géographique de Kassa permet de constater qu’il est une île habitée par les insulaires qui ont une histoire et une culture distinctes des autres composantes de la Nation. Cette différence qui n’est pas préjudiciable à l’unité nationale, marque la singularité de cette communauté qui a besoin de prendre en main ses responsabilités en vue de son développement ».

Mieux, révèle le MATD,  » le gouvernement considère qu’une communauté ayant un espace limité et des ressources humaines, disposée à préserver l’unité nationale à travers les structures sociales mérite un encadrement de l’Etat par la création d’une structure de gestion administrative et financière dans la dite communauté ».

Du point historique, « le mémorandum de justification » rappelle que  » sous la première République, la préfecture de Conakry 1 comptait 4 sous-préfectures dont Sandervalia ( 1er arrondissement), Coronthie ( 2ème arrondissement), Tombo ( 3ème arrondissement) et Kassa ( 4ème arrondissement) ».

Conakry, en comptait au total 10 arrondissements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici