Révélation : une odeur de surfacturation de l’avenant du contrat EDG – Aggreko…

0
211

Après le gâchis de l’argent public suite à l’échec du contrat de fourniture de 100 mégawatts avec la brésilienne Asperbras ayant englouti 144 millions de dollars, le gouvernement s’est rabattu sur Aggreko.

Aggreko est une société dite spécialisée dans la location et la fourniture d’électricité. En Guinée, le gouvernement à travers le ministère de l’Energie et la Guinéenne d’électricité a négocié un contrat de fourniture de 50 mégawatts pendant une période de 26 semaines. Soit six mois. Le montant de ce contrat est de treize millions quatre cent  un mille sept  cent quatre vingt onze (13 401 791) dollars.

Ledit contrat a été signé en date du 2 aout 2013 par M. Serge Mevo représentant légal de Aggreko International Projects LTD, du ministre de l’Energie alors Papa Koly Kourouma, du ministre de l’Economie et des Finances  Kerfalla Yansané au moment des faits, de l’Administrateur général de l’Administration et contrôle des grands projets Mamady Condé « Thalès » et du directeur général de EDG (Electricité de Guinée) Nava Touré.

Ce contrat payable par EDG, consiste pour Aggreko en « la mobilisation, la démobilisation, le transport, l’installation, la mise en service et le démantèlement de l’installation… »

A l’expiration de ce contrat en janvier dernier, les autorités compétentes ont jugé nécessaire de proroger la période de service opérationnel,  pour continuer à minimiser, autant que faire se peut, les risques d’émeutes contre les délestages électriques à   Conakry. C’est ainsi qu’un avenant dit numéro 1 au contrat de base a été conclu le 17 février et signé le 14 mars 2014.

Le présent avenant, dont votre quotidien guineetime.com détient une copie, cours à compter de la date du 22 mars pour une durée de 26 semaines. Six mois. Soit jusqu’au 19 septembre 2014.

Seulement, l’on sent une odeur de surfacturation dans cette transaction, tant le montant à payer par EDG est curieusement astronomique. Cette facture, deux fois (presque) plus élevée que celle du contrat de base, est de Vingt trois millions sept cent quarante mille cent trente cinq (23 704 135) dollars. Soit 161 345 000 000 francs guinéens.

Alors qu’en pareille situation, c’est le montant du contrat de base qui devrait être le plus élevé à cause des travaux de mobilisation et de démobilisation des matériels et accessoires.

Tenez-vous bien, ce contrat a été signé et cacheté par le ministre de l’Energie Idrissa Thiam, le ministre de l’Economie et des Finances Mohamed Diaré, l’Administrateur général de l’Administration et contrôle des grands projets Mamady Condé « Thalès » et le directeur général de EDG, Nava Touré.

Mais de-là à crier à la surfacturation pure et simple, certains ont vite fait de franchir le rubicond. Toutefois, malgré la sortie des caisses de l’Etat, des sommes faramineuses, EDG peine toujours à améliorer la desserte à Conakry. Et dire que la compétition footballistique la plus prestigieuse du monde démarre d’ici à deux semaines, il est fort à parier qu’il y aurait de l’électricité dans l’air.

Pour rappel, nos précédentes enquêtes sur Electricité de Guinée ont révélé que les 144 millions de dollars destinés à l’installation et la mise en service des 100 mégawatts, dont Asperbras en était le bénéficiaire, n’ont servi à rien. 
A suivre!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici