Tribunal de Travail : les journalistes grévistes gagnent 1 point

0
218

Au Tribunal de Travail ce lundi matin, l’employeur – Groupe de presse L’Indépendant- a reconnu devoir un mois aux grévistes. Ce que le Juge réclame le paiement mercredi prochain. Un point gagné !

Les journalistes  grévistes du  Groupe L’indépendant/Le Démocrate et le Directeur de publication dudit journal ont répondu présents ce lundi 15 septembre 2014 au Tribunal de Travail à Mafanco dans la Commune de Matam.

Il était question pour les deux parties de discuter de la revendication salariale qui les opposent et le licenciement des grévistes sans aucune forme d’explication.

Pour  la manifestation de la vérité, le Juge en charge du dossier Maître Alseny Camara a mis ces deux parties en confrontation afin de ressortir quelques points de convergence.

Les grévistes réclament 6 mois  d’arriérés de salaires à l’entreprise. Apres discussions, l’employeur a reconnu un mois de salaire aux grévistes. 

« Il y a eu  confrontation, des discussions jusqu’à ce que nous sommes tombés sur  un  certain nombre de choses. C’est que l’employeur à travers son représentant a reconnu qu’il nous doit un mois de salaire » explique le porte-parole.

Le juge a exigé le règlement de ce mois de salaire aux employés grévistes   le mercredi prochain. 

Dian Baldé, Directeur de Publication,  a également reconnu qu’ils doivent aussi aux stagiaires.

Dans ce groupe, il y a aussi les anciens employés qui  réclament  trois ans d’arriérés de salaires. C’était un autre volet que nous allons en débattre » a expliqué Samory Keita porte parole du Mouvement.

En ce qui concerne les 5 mois d’arriérés non reconnus par l’employeur, Samory Keita affirme qu’ils  sont d’abord en phase de négociations. Cela fera l’objet de discussions. 

Dans la confrontation, le  directeur de publication a demandé aux grévistes de reprendre le travail. En réponse Samory Keita porte-parole des grévistes soutient qu’ils vont se retrouver en amont avant toute décision. 

«  Ce sont des volets  que nous allons en débattre…la reprise ou non. Vous savez, ils nous ont licenciés sans aucune explication, on est entrain de voir, ce volet sera discuté à l’interne » a conclu e porte parole Samory Keita.

Aux sorties de la confrontation?  le directeur de publication Mamadou Dian Baldé n’a voulu se prêter aux questions des journalistes.

Aboubacar Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici