Espace schengen : une opération en cours contre les migrants illégaux

0
274

Les pays membres de l’espace Schengen ont lancé une opération conjointe pour lutter contre l’immigration clandestine, sous la tutelle de présidence italienne de l’Union européenne. Une vaste opération de lutte contre l’immigration clandestine a débuté ce lundi à l’échelles de l’espace Schengen.

Intitulée Mos Maiorum, elle vise à organiser un coup de filet entre le 13 et 26 octobre.

Il vise à « appréhender les migrants en situation illégale » pour les « identifier » et « affaiblir les organisations criminelles de passeurs », précise le document adopté par le conseil des ministres de l’Union européenne. Les migrants contrôlés en situation irrégulière seront renvoyés dans leur pays d’origine dans le cas où ce dernier a signé une convention de réadmission avec l’Union européenne. Sinon, ils pourront être placés en rétention, pour des durées variables selon les pays, ou laissés en liberté avec avis d’expulsion.

Les Etats membres doivent préciser les détails de l’interception des sans papiers, date et lieu, fournir des indications sur le migrant – nationalité, sexe, âge, lieu d’entrée dans l’Union européenne – et déterminer la route et les moyens empruntés (papiers, réseaux, montants payés pour le passage). Les contrôles seront réalisés aux frontières extérieures de l’UE, sur le mode aléatoire, et sur le territoire de l’espace Schengen, précise le document.

Une opération réalisée tous les six mois

Les 22 Etats membres de l’espace Schengen ainsi que les quatre pays associés -Suisse, Norvège, Liechtenstein et Islande – ont été invités à participer sur base volontaire à l’opération. L’un de ces pays a cependant renoncé à y prendre part, selon l’AFP.

Réalisée tous les sic mois, cette action est chaque fois prise en charge par l’Etat qui assure la présidence tournante de l’Union européenne. Cette année, c’est au gouvernement italien de Matteo Renz i qu’incombe cette responsabilité. Les formulaires fournis aux Etats participants pour transcrire les informations recueillies doivent être transmis quotidiennement aux autorités italiennes.

L’opération précédente avait été nommée Aerodromos par la Grèce, ce qui signifie aéroport. Actuellement, l’Italie a choisi de l’intituler Mos Maiorum, en référence au concept romain de « moeurs des anciens » à défendre contre la décadence et la barbarie.
Une opération dénoncée par les organisations de défense des migrants

« Mos Maiorum, la chasse des sans papiers dans l’Europe, une nouvelle bataille dans la guerre engagée par l’UE contre un ennemi imaginaire », a dénoncé Frontex Exit. « Cette opération alimente le fantasme d’une invasion criminelle en Europe et utilise Frontex (l’agence chargée de la coordination de la sécurité des frontières extérieures de l’UE) pour mener une politique discriminatoire et violer les droits des migrants et des réfugiés », accuse cette organisation de défense des migrants.

Frontex, l’agence européenne p our le contrôle desfrontières, a répondu qu’elle avait été invitée à la demande du gouvernement italien pour fournir des statistiques et des analyses sur les flux migratoires aux frontières extérieures de l’Union.

Les Echos (Avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici