Womey : des ong demandent le retrait des forces de l’ordre

0
370

Le drame de Womey  continue d’alimenter la chronique dans la  cité. Ce mardi 14 octobre 2014,  des représentants des Organisations de Défenses des Droits de l’Homme ont dans une déclaration commune  condamné cet acte ignoble et demandé à l’Etat le  retrait des forces de défense et de la sécurité dans cette localité afin d’éviter des arrestations arbitraires.

Me Thierno Souleymane BALDE, président de l’institut de Recherche sur la Démocratie et l’Etat de Droit en Guinée (IRDED), M. Joel Matho LORAMOU, président de l’ONG La Fraternité des Prisons de Guinée et Me Frédéric Foromo LOUA, président de l’ ONG  Mêmes Droits pour Tous (IRDED), sont ceux qui étaient devant la presse.

 « Nous demandons au gouvernement d’ordonner le retrait de toutes les forces de défenses et  de sécurité actuellement postées à womey et d’éviter les  arrestations arbitraires abusives et de tout pillage et vols sur la population civile. »

Ils invitent également la population  éprise de paix de contribuer à la manifestation de la vérité tout en donnant des renseignements permettant de démanteler les coupables de ce drame.

Egalement, ces ong de défense de droits humains ont condamné le traitement subi par les journalistes et des organisations de droits de l’homme  qui se sont rendus sur les lieux pour des fins d’enquêtes.

« Nous  demandons au gouvernement de veiller à la protection des défenseurs des droits humains en tout temps et tout lieu en facilitant leur travail sur le terrain »

‘‘Le Ministre de la Justice a le regret d’apprendre qu’un groupe d’avocats de l’ONG « Avocat sans frontière » s’est rendu à Womey, préfecture de Nzérékoré la semaine dernière, en dépit de l’ouverture d’une procédure judiciaire, prétendant avoir une autorisation administrative » avait indiqué dans un communiqué, Cheick Sako, ministre de la Justice.

Dans le cas d’espèce, seule une autorisation judiciaire (juge d’instruction) peut permettre d’avoir accès au lieu de la commission des crimes. Une telle attitude est regrettable.

Pour ce faire, le Ministre de la Justice a saisi le bâtonnier de l’ordre des avocats pour demander des explications. Le principe de la séparation des pouvoirs même pour ces dossiers sensibles doit être respecté.

Mariama Sylla ( Stagiaire)

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici