Réunion de l’opposition : l’épée d’un meeting géant brandit

0
304

Opposition chez cellouL’Opposition Républicaine composée de l’opposition parlementaire et extra parlementaire, s’est réunie ce vendredi 7 novembre 2014 au siège de l’UFR à Matam. Etaient présents à cette rencontre entre autres : les leaders Sidya Touré, de l’UFR , Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Aboubacar Sylla, porte-parole de l’opposition, Jean Marc Telliano du RDIG, Ibrahima Sylla Bah du PGRP, Mouctar Diallo du NFD, Thierno Seydou Bayo du PS, ….

Au menu de cette rencontre : marquer l’unité de l’opposition, dénoncer certaines pratiques du pouvoir, clarifier le processus électoral et exiger le respect des accords et loi de la République.

Les points débattus :

– la descente d’une milice armée à la résidence du président de l’UFR, Sidya Touré

L’opposition dans l’ensemble a condamné cette pratique qu’ils ont qualifiée d’atteinte à la liberté du président de l’UFR en assiégeant sa résidence privée.
– La non validation des accords du 3 juillets

L’opposition à ce niveau a exigé la signature du révéler des conclusions des accords du trois (3) juillet. Signature qui permet la mis en place du comité de veille afin de permettre à l’opposition de suivre l’évolution du processus électoral.

– Le reforme de la CENI

L’Opposition estime que la CENI dans sa forme actuelle ne reflète plus le paysage politique et que le principe de parité n’est plus respecté entre pouvoir et opposition. D’où, la nécessité de reformer cette institution CENI.

– La reforme du code électoral

Pour l’opposition, le code électoral doit être corrigé compte tenu de ses imperfections constatées à la sortie des dernières élections législatives. Une reforme du code électoral dans les meilleurs délais.

– Le problème des institutions constitutionnelles :

L’opposition a dénoncé, la non mise en place des institutions constitutionnelles depuis l’avènement de ce régime. Entre autres : la cour constitutionnelle, la cour des comptes, la haute autorité de la communication, le médiateur de la république. Elle a aussi dénoncé l’existence des délégations spéciales dont les délais ont été largement dépassés.

– L’organisation rapide des élections communales

L’opposition exige l’organisation la plus rapide des élections communales.

– La situation de Womé :

Apres avoir condamné les crimes atroces commis à Womé, elle a dénoncé la militarisation de la sous préfecture et a exigé qu’elle soit démilitarisée pour permettre aux autres paisibles citoyens de vivre sereinement.

Ainsi, en réaffirmant sont unité à partir de cette rencontre, l’Opposition annonce ne plus accepter ce que préparent le pouvoir en coulisse sous prétexte de protection contre Ebola.

Elle menace enfin de reprendre les manifestations les jours à venir, si ces problèmes cités plus hauts ne sont pas réglées par le pouvoir en place.

Cellule Com UFR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici