Ebola : des jeunes pour sensibiliser les zones réticentes !

0
293

NAITELa sensibilisation contre la fièvre hémorragique à virus Ebola se poursuit en Guinée. Ce vendredi 14 novembre 2014, le Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune Moustapha Naité, accompagné du représentant de l’UNICEF en Guinée, ont annoncé le déploiement de 15.000 jeunes sur toute l’étendue du territoire national dans le cadre de la deuxième phase de la campagne de sensibilisation contre Ebola. Cette campagne qui débutera le 29 novembre 2014, s’étendra sur 8 semaines de sensibilisation.

Ces jeunes ont pour mission de sensibiliser les citoyens guinéens à croire en l’existence de cette épidémie, à ne pas stigmatiser les personnes guéries comme l’indique Moustapha Naité Ministre de la jeunesse.

« Cette Campagne se fera deux fois par semaine et va connaître  l’implication des spécialistes en médecine et beaucoup de jeunes venant des quartiers, des communes, des préfectures et des sous préfectures du pays. »

La vision du projet

La vision du projet est de lutter contre la méconnaissance de l’épidémie Ebola, la stigmatisation, l’isolement des cas identifiés. Mais aussi avoir un comportement sociologique sain de la part des citoyens. La question sécuritaire n’est pas restée en marge, elle a été évoquée dans le débat.

« Ceux qui sensibilisent, ce sont les fils natifs de chaque village, de commune et de quartier qui sont formés aux techniques de sensibilisation et qui vont être déployés » a rassuré le Ministre Naité.

Plus loin, il dira que ces jeunes sensibilisateurs seront associés au service de sécurité en cas de problèmes. Ceci, pour éviter le drame de Womey qui avait coûté la vie à 8 personnes qui y étaient dans le cadre de la sensibilisation contre le virus Ebola.

Pour sa part, le représentant de l’UNICEF en Guinée Mohamed Ayoya dira que cette deuxième phase de la sensibilisation touchera les villages
où souvent, il y a des cas de réticence dont les jeunes sont souvent à la base. Leur participation, poursuit-il, mettra fin à la réticence dans leurs localités. Car dit-il, ces jeunes sont écoutés dans leurs zones.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici