Face à Ebola, Lagarde donne un conseil surprenant à Alpha Condé

0
318
Le président guinéen est arrivé en 2010 au pouvoir
Le président guinéen est arrivé en 2010 au pouvoir

Le président de Guinée, Alpha Condé, a été le premier surpris quand, début octobre raconte l’AFP, la patronne du FMI, Christine Lagarde, l’a appelé à «augmenter les déficits» pour freiner l’avancée d’Ebola, s’éloignant de l’orthodoxie budgétaire défendue par son institution. «Le FMI ne dit pas ça très souvent», admet-elle. «C’est un vrai changement par rapport à ce qu’on entend d’habitude…» ajoute Alpha Condé. Selon une étude couvrant la période 1996-2006, les dépenses de santé ont progressé «environ deux fois moins vite» dans les Etats sous perfusion du FMI que dans les autres pays à revenu comparable.

L’institution vient par ailleurs de porter à 430 millions de dollars (343 millions d’euros) de prêts ou d’allégements de dette sa contribution aux pays touchés par le virus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici