Guinée : L’opposition a « beaucoup de choses à dire à Hollande »

0
213
Le président français est attendu ce vendredi à Conakry
Le président français est attendu ce vendredi à Conakry

Le chef de file de l’opposition en Guinée, Cellou Dalein Diallo, a affirmé mardi que les leaders de l’opposition avaient « beaucoup de choses à dire » à François Hollande, président français, attendu ce vendredi 28 novembre à Conakry dans le cadre de la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

 » Si le Président François Hollande nous donne l’opportunité de lui faire part de notre préoccupation, naturellement on aurait beaucoup de choses à lui dire sur le processus électoral et la gestion de ce pays » affirme le Président de l’Union des Forces démocratiques de Guinée ( UFDG).

M. Diallo reconnait par ailleurs que le but de cette visite est de  » marquer de manière solennelle la solidarité de la France avec la Guinée dans le cadre de la lutte contre l’épidémie Ebola, déclarée depuis mars dernier en Guinée et qui a fait plus de 1033 morts, selon la Coordination nationale de riposte à Ebola.

Le président de la République Française, François Hollande, fera « une escale technique » de huit heures à Conakry, avant de rejoindre Dakar où il doit prendre au 15è Sommet de la Francophonie.

 » Nous n’avons pas été informés d’une rencontre qu’il aurait avec l’opposition. Nous n’avons pas son programme…Ce que nous savons, est qu’il fera une escale technique de huit heures ici à Conakry avant Dakar. Je ne sais s’il souhaitera recevoir l’opposition » regrette  le candidat malheureux à la présidentielle de 2010.

Ce bref passage de M. Hollande en Guinée se situe dans un contexte de tension politique. L’opposition a annoncé ce mardi qu’elle organisera dès le 15 décembre prochain  » une série de manifestations sur toute l’étendue du territoire nationale si rien n’est fait » dans la prise en compte de ses revendications.

L’opposition exige du pouvoir de Conakry « la signature des relevés de conclusion » du dialogue politique de juillet 2014, la refonte de la commission électorale indépendante, l’organisation des élections communales et communautaires et la mise en place des autres institutions républicaines comme l’exige la Constitution.

Lors de son passage à l’Assemblé nationale, en marge de la session budgétaire, le ministre de l’Administration du Territoire a affirmé que la signature de ces relevés de conclusions du dialogue de juillet 2014 pourrait intervenir jeudi prochain.
 » On va voir ce jeudi si c’est effectivement une main tendue » du pouvoir, insiste le porte-parole de l’opposition, Aboubacar Sylla.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici