Tournée nationale du CNOSCG : l’étape de Boké

0
288

Dansa Kourouma, président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSC), accompagné de certains membres de son institution, a entamé une tournée nationale qui a débuté ce weekend  à Boké. Objectif :  renforcer les capacités des organisations de la société civile qui sont sous la tutelle du CNOSC.

Lors de cette rencontre tenue ce dimanche à Boké, les participants ont parlé des activités que mène le conseil national, mais aussi discuter de la tenue prochaine d’un forum à Boké pour faire le bilan de l’année et les perspectives pour 2015. Ils ont profité de l’occasion pour parler d’Ebola, notamment dans le cadre de la sensibilisation des populations à se prémunir de cette épidémie.

L’objectif de cette rencontre était de réunir l’ensemble des organisations de la société civile dépendant du CNOSC sur les activités que mène le conseil national et le programme d’intervention l’organisation d’un mini forum au niveau de Boké sur les activités de l’année du conseil régional et certaines activités pour 2015. Ensuite nous avons parlé de la lutte contre Ebola, du renforcement des capacités des organisations de la société civile.

Joint au téléphone par MEDIAGUINEE, El hadj Sékou Souaré, président du conseil régional du CNOSC Boké, a expliqué sur quelques enseignements reçus de son président.

« Dr Dansa, dit-il, nous a fait la lumière sur les démarches qu’il faut mener pour viabiliser les structures de base en comptant sur les moyens de base ainsi que sur les dispositions qu’il faut prendre pour que les préfectures et les sous-préfectures soient régulièrement informées des activités du CNOSC au niveau du pays. »

Parlant de la perspective des états généraux de la société civile guinéenne, El hadj Sékou Souaré dit que son organisation n’a pas été informée directement de la tenue de ces états généraux et pour y participer, il faut l’aval du CNOSC : «Non, on n’est pas associés. On apprend à la radio. De toutes les façons nous dépendons d’une structure. On ne peut pas tomber dans une soupe comme un cheveu. Il faut que nous parlions le même langage que ceux qui nous commandent.»

avec MediaGuinee

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici