mercredi, avril 24, 2024

Côte d’Ivoire: un ministre critique à nouveau le monopole de Bolloré sur le port d’Abidjan

AFP-Abidjan – Le ministre ivoirien du Commerce et homme d’affaires, Jean-Louis Billon, a de nouveau dénoncé le monopole du groupe français Bolloré sur le port d’Abidjan, qui « pénalise » l’économie nationale, dans une interview parue lundi dans un quotidien local.

« Le port d’Abidjan est le plus cher de la sous-région avec celui de Dakar. (…) Un monopole – a fortiori sur un port où transitent la plupart de nos marchandises – pénalise notre économie », a estimé M. Billon.

Les marchés de l' »hinterland » ivoirien, soit le Mali ou le Burkina Faso, dont la plupart des importations passent par le port d’Abidjan, sont également concernés, a-t-il ajouté.

Le ministre avait critiqué en juin 2013 l’attribution d’un deuxième terminal à conteneurs à un consortium formé par deux groupes français, Bolloré Africa Logistics et Bouygues Travaux publics, et le groupement APM Terminals du groupe Maersk (Danemark).

Bolloré, qui gère déjà depuis 2004 un premier terminal à conteneurs à Abidjan, se retrouve dans une situation de « super-monopole », avait-il vitupéré. « On aurait voulu brider l’économie, on ne s’y serait pas pris autrement. »

Dans un document obtenu par l’AFP, émis par un transporteur international, le coût d’une tonne de marchandise transitant par les ports d’Abidjan ou de Dakar est évalué à environ 40 euros.

La tonne coûte à l’inverse 36 euros au port de Tema (Ghana), 31,4 euros à celui de Douala (Cameroun), contre environ 10 euros aux ports de Cotonou et Lomé. Hormis Dakar, tous ces terminaux à conteneurs sont gérés par Bolloré.

Un rapport préliminaire de la direction de la concurrence de la Commission de l’Uémoa (l’Union monétaire ouest-africaine, la zone franc CFA), a estimé que le port d’Abidjan se trouve dans un situation « assimilable à un abus de position dominante », a observé le ministre du Commerce.

« C’est un point de satisfecit pour moi car les auteurs semblent valider ce que j’ai dénoncé », a-t-il poursuivi.

La commission de l’Uémoa avait été saisie par un autre consortium, dont Movis, un groupe dirigé par le frère de M. Billon.

Le consortium dont Bolloré est membre avait obtenu en mars 2013 la concession de la réalisation et de l’exploitation d’un deuxième terminal à conteneurs au port d’Abidjan, leader en Afrique de l’Ouest, un contrat de plus de 400 millions d’euros.

La fin des travaux du nouveau terminal est prévue pour 2016. Le groupe Bolloré est spécialisé dans la logistique portuaire et ferroviaire en Côte d’Ivoire.

Latest

Newsletter

spot_img

Don't miss

spot_imgspot_img

Côte d’Ivoire : la HAC Guinée participe à la conférence internationale sur la régulation des grandes plateformes numériques

Abidjan : les régulateurs africains des réseaux REFRAM et RIARC sont présents dans la capitale ivoirienne pour mettre en place en place les bases...

Guinée- Lutte contre les délestages électriques : Causes et Solutions préconisées…

Conakry, Guinée : L'expert sur les questions énergétiques, M. Koulibaly Moussa, revient encore au devant de la scène pour donner des pistes de solutions...

Football : accusé d’avoir « laissé tomber » son équipe, Keita sévèrement puni

Dans un communiqué, le Werder Brême a annoncé ce mardi que le Guinéen est suspendu jusqu'à la fin de la saison ! «Les Verts...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici