Cellou Dalein : « la navette entre Me Wade et Macky Sall »

0
363

Le chef de l’opposition s’essaie à un nouveau rôle, celui de la médiation. Entre l’ancien président sénégalais Me Abdoulaye Wade et son successeur, Macky Sall, Cellou Dalein Diallo tente un rapprochement, sous la houlette du PRADO ivoirien. Au moment où le procès de fils Wade continue pour enrichissement illicite.

Connu pour un tempérament assez doux, l’opposant guinéen va-t-il réussir ce pari, hors des frontières guinéennes?  C’est tout le mal qu’on puisse lui souhaiter.

Dans la presse dakaroise, ce sujet semble un choux gras.

« la navette de Cellou Dallein Diallo (missi dominici du Président Alassane Ouattara) entre Macky Sall et Me Wade n’est pas fortuite. D’autant moins fortuite que le même Cellou Dallein Diallo a quitté Libreville et le Président Ali Bongo, 24 heures avant l’arrivée de Macky Sall au Gabon, le 8 décembre » lit-on dans le « laser » de Dakar Actu, il y a plusieurs jours. Et depuis, cette médiation est sur toutes les lèvres.

Mais le plus important est de savoir quel atout détient l’ancien premier guinéen, pour réussir ce pari? Dans cette médiation, entre deux pontes de scène politique dakaroise, le nom du chef de l’Etat ivorien, Alassane  Dramane Ouattara, mais celui du président Gabonais, Oumar Bongo aussi…Ce petit « réseau » pourrait faciliter les négociations.

D’autant plus que, bizarrement, le Macky cherche à faire la paix. Dans son entourage immédiat, les sorties médiatiques orageuses entre Dakar et Conakry, autour de la fermeture des frontières, à cause du virus Ebola, sont un lointain souvenir. Le dernier acte, visant à enterrer la hâche de guerre, est l’envoi à Conakry de 7 ministres sénégalais pour assister aux obsèques de feu Hadja N’Sira Condé, soeur aînée du Pr Alpha Condé. Avant, à Dakar, à la fin du sommet de la Francophonie, une déclaration télévisée des deux hommes a mis en branle tout l’arsenal diplomatique au service de la paix, entre ces deux pays frères.

Mais à l’interne, Macky Sall est confronté à un autre « feu ». Celui que ravive Me Abdoulaye Wade, lui-même. L’homme, dans une de ses dernières sorties médiatiques, n’a pas porté de gants pour menacer le Macky et son pouvoir.

« je peux déloger Macky Sall du Palais, mais je ne le ferai pas » lance-t-il au président sénégalais. Plus grave, le Libéral a juré « détruire » Macky Sall et sa famille. Son fils Karim Wade, se la coulerait pas douce en prison. Le procès pour « enrichissement illicite » au temps de son père, se poursuit.

Ces menaces de Wade sont bien perçues par Macky Sall, même s’il ironise ne pas avoir à se battre avec un vieux. Mais ce « vieux » l’a poussé à s’embarrasser dans des dénonciations liées aux affaires Pétro Tim et Arcelor Mittal. Les tranchées sont ouvertes. Macky Sall, qui a rendez-vous pour un second mandat, peut-il continuer à avoir sur son dos, un monstre de la politique africaine voire mondiale? D’autant plus que terrain politique d’opposition n’a plus de secrets pour Me Wade et que ses deux mandats à la tête de l’Exécutif sénégalais, lui ont ouvert d’autres portes. Ce qui accroit sa capacité de nuisance à un moment où certains sénégalais se lassent du Macky pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici