CAN 2015- I.TRAORE : « les autres équipes ne nous prennent pas à la légère »

0
235
Le vice-capitaine du Syli de Guinée
Le vice-capitaine du Syli de Guinée

Ibrahima Traoré sera durant la CAN 2015 l’un des témoins privilégiés de Footafrica365.fr. A la veille de son départ en stage, le milieu offensif du Borussia Mönchengladbach et vice-capitaine du Syli national se confie. Entretien exclusif.
Ibrahima, vous vous apprêtez à rejoindre le rassemblement du Syli national en vue de la CAN 2015. Quelle est votre « feuille de route » ?
Je prends l’avion demain (lundi). On va se préparer à Casablanca. On gagnera la Guinée équatoriale deux ou trois jours avant le tournoi. Au programme, un match amical contre le Sénégal, et un autre contre un club marocain.

La Guinée avait fait bonne impression en 2012 mais n’avait pu passer le premier tour. Qu’avait-il manqué pour aller plus loin ?
Ce qui nous avait empêché d’aller plus loin en 2012, c’était ce premier match, contre le Mali, que nous aurions dû gagner mais que nous avions perdu. On n’avait pas pu surmonter ce départ raté. Il faudra absolument mieux négocier nos débuts cette année.

La Guinée avait produit un excellent football, notamment face au Botswana. Ce festival offensif reste-t-il un match référence pour le Syli national ?
C’est vrai que nous avions très bien joué ce jour-là. Mais depuis, il y a eu d’autres matchs qui nous servent de référence. On peut par exemple prendre la victoire au Togo où nous avions gagné 4-1 alors qu’on était éliminés si on ne gagnait pas. Le genre de matchs qui soude une équipe !

Quelles sont selon vous les forces et les faiblesses de la Guinée ?
Notre force principale est le jeu offensif, nous avons beaucoup de joueurs techniques et rapides, capables de créer le danger. On essaie d’avoir la possession car on sait jouer au ballon. Nos faiblesses sont dues à un certain manque d’expérience. Nous devons apprendre à gérer les temps faibles. En début de match, on fait rarement de bonnes entames, on doit corriger ce point.

Vous êtes tombés dans le « «groupe de la mort », avec la Côte d’Ivoire, le Mali et le Cameroun. Comment l’appréhendez-vous ?
C’est du lourd.Cela s’annonce très compliqué, on est conscients d’être tombés dans un groupe très difficile. Ceci dit, il n’est facile pour personne, et les autres équipes ne nous prennent pas à la légère. On sait qu’on n’est pas favoris, et que personne ne nous voit sortir du groupe. Cela va nous permettre de jouer plus détendus, et de laisser la pression aux favoris.

« La CAN m’a fait progresser dans ma carrière »

La Guinée a réussi un exploit, en se qualifiant sans jouer à domicile en raison du virus Ebola. Mais cela n’a-t-il pas rendu l’équipe plus forte ?
Ne pas jouer chez soi, c’est compliqué. Il faut s’habituer à être privé de son public. Cela a créé une cohésion, renforcé le groupe. On a appris que l’on ne pouvait compter que sur nous-mêmes, et cela nous a soudés.

Après le refus du Maroc d’accueillir l’événement en janvier, la CAN aura lieu en Guinée Equatoriale. Vous ne craignez pas les conditions sur place ?
Non, je ne pense pas que la CAF aurait pris le risque de donner le tournoi à un pays incapable de l’organiser. Je pense que cela va bien se passer là-bas.

La CAN a lieu en plein milieu de la saison européenne. Ne craignez-vous pas que cela entrave votre progression en club ?
(Agacé). C’est toujours le même débat. Quand c’est l’Euro ou la Coupe du monde, on dit que c’est bénéfique. Mais quand c’est la CAN, on parle d’entrave à la carrière des joueurs. Je ne pense que la CAN en soit une. Pour ma part, c’est une épreuve qui m’a permis d’avancer et de progresser dans ma carrière. Le timing, c’est vrai, est moins approprié, mais cela ne freine pas les joueurs, ce n’est pas vrai.

Vous êtes aujourd’hui le joueur guinéen qui évolue au plus haut niveau. Cela vous donne-t-il un devoir d’exemplarité vis-à-vis du groupe ?
Oui, c’est pour cela aussi que le coach (Michel Dussuyer) a décidé de me nommer vice-capitaine après Kamil (Zayatte). J’ai peut-être plus l’habitude du haut niveau que certains joueurs, et j’essaye de leur faire partager cette expérience.

in footafrica365

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici