Mutilation génitale féminine: Sanaba Kaba donne des facteurs de réticence…

0
357

Sanaba Kaba2A l’instar des autres pays, la Guinée à travers le ministère de l’Action sociale,  de la promotion féminine et de l’enfance a célébré la journée internationale  de tolérance Zéro concernant les  mutilations génitales  Féminine (MGF).
Cet événement qui s’est déroulé au palais du peuple à Conakry a eu pour thème: « mobilisation et implication du personnel de la santé dans l’atteinte de la tolérance  zéro excision.

La Guinée est l’un des pays qui ont  ratifié toutes les conventions relatives à l’interdiction  de la pratique des mutilations génitales féminines. Elle dispose également des textes de lois qui interdisent les mutilations génitales féminines.

Toutefois, en  dépit de ces instruments juridiques, la Guinée a un taux de prévalence de 96,7% des femmes et des filles qui  subissent  cette pratique selon les statistiques de 2012. « On remarque sensiblement le même taux de prévalence de toutes les régions de la Guinée » a déclaré la ministre de l’Action sociale Sanaba Kaba.

La ministre en charge de l’Action sociale explique cette réticence, par  un certain nombre de facteurs qui contribuent  à fragiliser les efforts consentis par les acteurs impliqués dans cette lutte.  Parmi ces facteurs, Sanaba Kaba cite « l’influence des facteurs socioculturels, la médicalisation de la pratique de l’excision; l’utilisation des mutilation génitales féminines (MGF) comme source de revenu par les personnels de santé »

Pour atteindre l’objectif zéro mutilation génitale féminine, la coordinatrice du système des Nations Unis Mme  Séraphine Wakana a fait un plaidoyer auprès des autorités pour l’application des textes  de lois contre les MGF en Guinée. Elle  propose également la mise en place d’un programme national d’accompagnement  du personnel de la santé  pour l’abandon accéléré  de la pratique des mutilations génitales féminines.

Pour sa part, le ministre de la Justice Cheick Abdoul Sacko  dira que la Guinée a un arsenal juridique pour combattre ce phénomène. Mais pour un premier temps, le ministre de la Justice préfère privilégier la sensibilisation et dans un second temps, l’application stricte de la loi en vue d’un changement de comportement. Car, précise Cheick Sacko, on ne peut pas signer des textes et conventions et s’asseoir dessus.
A ce titre, il a promis l’engagement du gouvernement à appliquer les textes de lois pour sanctionner ceux qui se rendront coupables de cette pratique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici