« Nous avons décidé de suspendre les manifestations pour les reprendre lundi » (Cellou Dalein)

0
719

cellou-dalleinLe gouvernement et l’opposition guinéens ont échangé mardi des signes de détente après 48 heures de violences, le pouvoir proposant un dialogue pour parvenir à un « consensus autour des échéances électorales » et l’opposition suspendant ses manifestations jusqu’à lundi, annonce l’AFP

« Nous avons décidé de suspendre les manifestations pour les reprendre lundi, afin de permettre à nos militants et à la population de souffler », a déclaré le chef de file, Cellou Dalein Diallo dans une dépêche de l’AFP.

« Concernant le dialogue avec le gouvernement, il faut que la Céni annule son chronogramme électoral et mette fin à ses activités sur le terrain », a-t-il précisé, peu après la publication d’un communiqué gouvernemental.

Selon ce communiqué, lors d’une réunion dans l’après-midi avec dix ministres, en l’absence de M. Condé, à Washington pour des réunions financières internationales, le chef du gouvernement a « mis en place un comité restreint chargé de lui faire des propositions concrètes permettant la reprise rapide du dialogue avec les partis de l’opposition ».

« En attendant ces propositions, le Premier ministre demande solennellement aux responsables des partis politiques d’accepter de venir à la table des discussions afin que le débat puisse se tenir dans la sérénité », selon le texte.

« Le gouvernement reste ouvert à toute suggestion respectueuse des lois et prenant en compte toutes les contraintes qui permettra d’aboutir à un consensus autour des échéances électorales », souligne-t-il.

M. Fofana a en outre « donné des consignes fermes de maintien de l’ordre dans le strict respect de la loi et a souhaité que toute la lumière soit faite sur les tirs enregistrés lors des affrontements et les circonstances qui ont occasionné des blessés », selon le communiqué.

Les violences de mardi ont provoqué des embouteillages dans la capitale, où de nombreux commerces étaient fermés, ainsi que le grand marché de Madina et des écoles.

En revanche, la circulation et l’activité étaient normales dans le quartier administratif et des ambassades.

Dans le quartier populaire de Hamdallaye, des habitants ont raconté à l’AFP avoir vu des descentes des forces de sécurité dans des domiciles privés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici