Guinée : Sidya Touré pourrait boycotter les présidentielles 2015

0
321
Sidya Touré avec les Républicains
Sidya Touré avec les Républicains

Le troisième homme fort de la classe politique- selon les résultats de la présidentielle de 2010-, Sidya Touré, pourrait être amené à prendre une décision de boycott du scrutin présidentiel d’Octobre 2015. Et pour cause.

Le président de l’UFR n’est pas du tout confiant quant à la qualité du fichier électoral guinéen devant conduire à ce scrutin. Sidya Touré l’a d’ailleurs vivement exprimé à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) où il a été reçu hier du côté de l’Hexagone.

«Il est totalement improbable que allions aux élections présidentielles avec un tel fichier qui n’est pas assaini, parce que  cela équivaudrait à accompagner Alpha Condé pour le renouvellement de son mandat » affirme le président des « Républicains ».

Reçu par le directeur de la paix, la démocratie et les Droits de l’Homme de l’OIF, M.Christophe Guiyo, Sidya Touré a mis un accent singulier sur « les incohérences des derniers résultats de la révision du fichier électoral ».

Les dernières  statistiques publiées par  par le Directeur du département Transparence de la CENI, met Kankan comme la zone où il existe plus d’électeurs. Kankan est malheureusement un bastion du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel. Ce qui fait douter l’opposition.

 » Kankan 370 570 inscrits et 1 487 radiés ; Nzérékoré a 222 945 inscrits et 12 783 radiés contre 219.466 inscrits avec 14 705mille radiés à Conakry. Ensuite, Boké a 75 193 inscrits et 14 435 radiés. Kindia plus de 154.548 et plus de 5 776 radiés ; Mamou a 66 538 inscrits et 5.652 radiés. Labé a 95.990 inscrits et 9 846 mille radiations et Faranah 114.912 inscrits contre 6.7 radiations’’ estime Maxime Koivogui, le chef du département Transparence de la CENI.

Selon la CENI, 1  million quatre cents mille électeurs résident sur le territoire national. Soixante-cinq mille autres résidant à l’étranger, font partie des nouveaux inscrits sur la liste électorale au cours de la révision exceptionnelle du mois d’avril jusqu’au mois de juin dernier.

« Impasse »

Le dialogue politique inter-guinéen qui a réunit les acteurs politiques de tous bords, sous la vigilance des représentants des organisations internationales impliquées dans le processus électoral, est dans l’impasse. L’opposition a préféré boycotter ces assises alors qu’intervenait la signature d’un rapport d’étapes.

A quelques mois de la présidentielle, la CENI ne semble pas sur la même longueur que les acteurs de l’opposition qui cogitent sur leur participation au scrutin d’octobre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici