Inauguration Canal de Suez : la Guinée dépêche son chef de gouvernement

0
385
Le nouveau canal de suez en Egypte
Le nouveau canal de suez en Egypte

Le président de la République de Guinée sera représenté à la cérémonie d’inauguration du canal de suez en Egypte par le premier ministre, chef du gouvernement qui a quitté Conakry aujourd’hui.

C’est ce jeudi 6 août que le dirigeant egyptien,Général Sissi inaugure en grande pompe l’extension du canal de suez.

En tournée dans trois pays africains, le chef de l’Etat s’est fait représenter par le premier ministre chef du gouvernement.

Le président Sissi l’avait promis, c’est chose faite. En un an seulement, un « nouveau » canal de 35 kilomètres de long a été creusé en parallèle du vénérable canal de Suez, inauguré en 1869 et long de près de 200 kilomètres.

37 autres kilomètres de l’ancien canal ont aussi été élargis pour permettre le passage de plus gros navires. Un travail de titan supervisé par l’armée égyptienne et réalisé en partie par des entreprises étrangères.

Plusieurs chefs d’Etats dont le français Hollande assisteront à cette faste cérémonie inaugurale.

Selon le journal La Croix, celui qui était à la tête de l’armée au moment de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi il y a deux ans tente toujours de légitimer son pouvoir bien qu’il soit très populaire.

«Le président veut se présenter comme l’homme qui peut amener des solutions pour l’Égypte », juge Nael Shama, chercheur en sciences politiques.

Élu en mai 2014 lors d’un scrutin contesté, Abdel Fattah Al Sissi a promis la sécurité et la relance de l’économie, au ralenti depuis la révolution de 2011. Au moment du lancement de l’extension du canal en août 2014, il a réclamé la fin des travaux un an seulement alors que les experts les estimaient à plusieurs années.

12 MILLIARDS D’EUROS DE BÉNÉFICE PAR AN EN 2023
Alors que le canal rapportait l’équivalent de 5 milliards d’euros à l’Égypte en 2014, le gouvernement prévoit que l’extension permettra de rapporter 12 milliards par an en 2023. La nouvelle voie permet en effet aux navires de se croiser et diminue ainsi le temps d’attente.

De nombreux experts jugent ces estimations très optimistes. « En augmentant les capacités du canal, le gouvernement sous-entend qu’il y aura plus de navires. Mais c’est le contraire ! L’activité du canal est liée au commerce international, et sa croissance ne correspond pas aux estimations du gouvernement », explique Nael Shama.

Le nouveau canal de Suez était-il vraiment ce dont l’Égypte avait besoin ? « Ce projet diffuse un sentiment positif parmi les Égyptiens. Mais c’est un projet qui sera bénéfique sur le long terme », estime Angus Blair, président du Signet Institute, basée au Caire.

LES ÉGYPTIENS FIERS DU CANAL
Cette extension s’inscrit dans la série de méga projets menés par les différents présidents égyptiens ces dernières décennies, dans la plus pure tradition pharaonique. Mais beaucoup ont échoué à stimuler l’économie dans son ensemble et ont généralement bénéficié à quelques-uns seulement.

« Beaucoup d’argent a été dépensé pour ce projet, qui aurait été sûrement plus efficace ailleurs », juge Nael Shama. Environ 7 milliards d’euros ont en effet été nécessaires pour financer les travaux.

Signe de la popularité du président et de la fierté suscitée par le canal, 88 % du financement provenaient des Égyptiens eux-mêmes, à qui ont été promis 12 % d’intérêt. Mais, alors que les futurs revenus du canal sont incertains, l’Égypte pâtit d’infrastructures vieillissantes qui paralysent l’investissement.

(avec la Croix)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici