Guinée-Présidentielle : Marie Madeleine Dioubaté est candidate !

0
420
Elle a comme message clé, l'unité des guinéens
Elle a comme message clé, l’unité des guinéens

Guinée-Conakry- Une jeune dame, Marie Madeleine Dioubaté, sera -peut- être- l’unique femme à briguer le fauteuil présidentiel de Sèkhoutouréyah, à l’occasion de la présidentielle d’octobre prochain. « L’unité de tous les guinéens » devrait être son message clé dans sa campagne électorale.

 

C’est une jeune dame enthousiaste, assez sereine que la rédaction de GuinéeTime a rencontré ce mardi à Conakry. Elle a confié s’être battue, comme un beau diable, pour le dépôt de sa caution. Son dossier de candidature aussi a été déposé.

Mme Marie Madeleine Dioubaté, qui est présentée candidate du Parti des Écologistes de Guinée (PEG), a rendez-vous vers 16 heures ce mardi pour sa visite médicale.

« Je suis jeune, je pense que je représente  une nouvelle  génération et j’ai une autre vision de mon pays » confie la candidate du parti des Verts à la présidentielle d’octobre.

« Nous avons plein de problèmes quand nous voyons les gens dans les rues en Guinée…Les gens ne mangent pas à leur faim…Il faut voir dans les villages. Les enfants ont des carences et sont la richesse de ce pays. La Guinée est jeune : 67 pour cent de sa population a 18,7 ans. Nous vivons là sur une bombe » regrette-t-elle.

Dans sa vision, l’Education a un rôle central.

« Nous avons un manque de vision. La Guinée ne respecte pas les conventions internationales auxquelles elle adhère. Je ne parle pas particulièrement  de ce gouvernement. Si l’on veut faire venir des investisseurs, il faut prêter attention à ce que l’on signe » étale-t-elle, de son programme.

Contrairement aux autres partis politiques dont les conventions ont été organisées à grand renfort médiatique, Marie Madeleine Dioubaté avoue que son parti évolue « discrètement » et sur « fonds propres ».

« Le message de ma campagne électorale est l’unité du pays. Le tissu social est décousu. Je suis enfant du métissage : père guinéen, malinké et une mère blanche, française. Mon père est musulman, ma mère est catholique. Nous voulons une Guinée forte et prospère. Nous n’avons pas d’histoire de sousou,malinké, peul ou forestier. Nous sommes comme les cinq doigts de la main. Tout le monde est Guinéen. On veut donner la fierté d’être guinéen » révèle Marie Madeleine à notre rédaction.

A suivre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici