Guinée : L’opposition est assise entre deux chaises…

0
360

Opposition chez cellouGuinée-Conakry/ Les guinéens ont rendez-vous aux urnes ce 11 octobre en vue de la présidentielle. L’opposition guinéenne est officiellement entrée en campagne en vue de briguer le fauteuil présidentiel. En même temps, elle se réunie et menace de se retirer de tout le processus électoral.

Malin qui dira la décision finale de Cellou Dalein Diallo, Sydia Touré, Lansana Kouyaté et autres à quelques semaines du premier tour de la présidentielle d’octobre ! La situation de l’opposition, ressemble bien à un homme assis entre deux chaises !

La campagne électorale qui a débuté sur toute l’étendue du territoire de la Guinée il y a quelques jours, connait désormais la participation des huit partis politiques en lice !

Dans les grands meetings, à Conakry comme dans le pays profond, au Journal de campagne des médias d’Etat, l’opposition républicaine essaie de marquer son territoire. Elle appelle d’ailleurs ses militants à une alternance en Guinée à l’issue de ce scrutin présidentiel !

Cette image contraste avec certaines déclarations, au même moment, de la même opposition, des mêmes hommes, qui font froid dans le dos.

Pour cause, les difficultés dans la mise en oeuvre des recommandations issues du dernier dialogue inter-guinéen qui a aboutit à un Accord, sous la bénédiction de la communauté. Au fur et à mesure que le rythme de la campagne va crescendo, le ton monte également dans les négociations en coulisse qui se poursuivent.

A la sortie de sa réunion de ce samedi, le porte-parole de l’opposition, Aboubacar Sylla, n’a-t-il repris cette menace de son camp.

Jusqu’à ce jour, aucune disposition n’est appliquée. L’assainissement du fichier se fait assez lentement et il est difficile pour le comité technique qui a été mis en place de faire son travail correctement, alors qu’il est indispensable d’avoir un fichier assaini. Pour ce qui est de la mise en place des conseils communaux, on constate qu’il y a des manœuvres dilatoires de la part du pouvoir pour que cette mesure ne soiet pas effective. Pour ce qui est de la CENI, vous avez été témoins du refus de la mouvance sur le choix de Mme Hadja Ramatoulaye Bah pour des raisons fallacieuses. Car cette dernière a un casier judiciaire vierge et remplit les compétences qu’il faut. Normalement chaque entité est libre de désigner la personne qu’elle veut pour aller à la CENI »fulmine M.Sylla.

Avant de renchérir et menacer :

« La mouvance et le pouvoir ne veulent pas appliquer cet accord. L’objectif est d’amener l’opposition à se retirer du processus électoral. A partir d’aujourd’hui, nous allons lancer un appel à tous les candidats pour prendre la décision qui sied face à cette situation. L’Opposition ne va pas entériner une décision qui va permettre au résident Alpha Condé d’être réélu alors qu’il y a une mascarade. Si l’accord n’est pas respecté, l’opposition sera obligé de se retirer du processus électoral »

Réunie autour d’un symposium, la société civile guinéenne, pilotée par le CNOSCG, par la voix de son président Dr Dansa Kourouma, a appelé à « la bonne foi des autorités » pour permettre l’application correcte de cet Accord politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici