Guinée : la vive colère d’un candidat à la présidentielle d’octobre

0
260
Faya Millimouno, Président Bloc Libéral
Faya Millimouno, Président Bloc Libéral

Guinée-Conakry : Le candidat à la présidentielle pour le Bloc Libéral (BL), Faya Milloumono, est dans une colère vive contre la HAC (Haute Autorité de la Communication) et le président sortant Alpha Condé, a-t-on assisté à Conakry.

Le parti Bloc libéral BL  décide d’attaquer la décision de  la HAC  à la Justice concernant dit-il l’interdiction de   l’utilisation de SMS  le jour du scrutin du 11 octobre prochain  relatif aux résultats. Il l’a dit ce mercredi 16 septembre  2015  à la maison  en faveur de la présentation de  ses nouveaux alliés.

« Nous  l’avons fait parce que nous pensons que c’est un assaut sur la liberté  d’expression et la violation grave du Code électoral.  En effet  à son article 82,  le Code électoral prévoit   qu’a la fin du vote  que le dépouillement, le comptage des voix se font. Un procès verbal est rempli  et signé par le président du bureau de vote, les assesseures et les représentants des partis politiques » affirme Dr Faya.

« Ensuite, poursuit-il,  la Loi prévoit immédiatement  d’afficher les résultats sur les lieux publics ou le vote a eu  lieu, Donc ça devient une  information publique.»

A l’en croire, l’interdiction des sms par la HAC n’est qu’une façon de « manipuler les résultats » qui seront issus de ces élections.

« Boycott »

Depuis quelques jours, les adversaires du candidat Alpha Condé à la présidentielle sont mécontents du niveau d’application des recommandations issues de l’Accord Politique du 20 Juillet 2015.

« Si on n’arrive  pas à corriger ces anomalies, il ne serait pas seulement question de boycotter : Il serait  question d’entreprendre  des actions visant à faire partir Alpha Condé- chef de l’Etat et président sortant- de  la présidence parce qu’il ne peut être le  seul candidat contre lui-même dans une démocratie» martèle le candidat du BL.

«S’il y a quelque  chose sur quoi  tout le monde est d’accord,  est qu’il y’a beaucoup d’enfants,  de cadavres  enrôlés dans le Fichier. Des  doublons, il y en a, nombreux…Il y a même des doublons célèbres : un ministre de la République est porté 4 fois dans le fichier et  une maire du RPG,  14 fois  enrôlée » accuse-t-il.

Le représentant de la communauté internationale, Dr Ibn Chambas, note des « avancées significatives » dans l’application de cet accord. Ce, en ce qui concerne la Ceni, le toilettage du fichier électoral et la recomposition de certaines délégations communales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici