Guinée : les premiers ratés de la campagne électorale…

0
330
Bouréma Condé est ministre de l'Administration du Territoire
Bouréma Condé est ministre de l’Administration du Territoire

Guinée-Conakry /En Guinée, la campagne électorale en vue de la présidentielle d’octobre, qui avait timidement démarré, enregistre ses premiers ratés à Koundara et à Kankan, en province.

Au fur et à mesure que l’on s’approche de l’échéance électorale, le niveau de la tension semble monter. On reprochait à la campagne électorale d’avoir timidement démarré, mais les événements malheureux du week end laissent déjà des signes d’inquiétudes.

A Kankan, supposé fief ddu parti au pouvoir au pouvoir, un candidat à la présidentielle, en l’occurence Sydia Touré Touré de l’UFR, s’est offusqué du fait qu’on lui ait « empêché » de tenir son meeting dans une salle publique. Le candidat qui revenait de la région forestière « menace de sévir » si un tel se reproduit, la prochaine fois !

A Koundara, près de 500 kilomètres de la capitale Conakry, ce sont de jeunes manifestants de l’opposition et du pouvoir qui se cassent la gueule ! Le week end a été si agité dans la ville qu’il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour ramener le calme dans le Badiar.

A l’origine des faits : le déroulement de la campagne électorale. Les railleries contre le candidat d’une formation  politique en lice, est la goutte d’eau qui est sortie du vase.

Cet incident n’est que la résultante ou la conséquence directe du discours souvent va-t-en guerre et moqueurs que les candidats de l’opposition ont, vis-à-vis de celui du pouvoir, et vice-versa.

Les citoyens, à grande majorité analphabète, surtout dans nos bourgades très reculées, ne peuvent se faire du cadeau au moment où l’adversité est féroce entre les différents. L’exemple vient d’en haut, l’imitation d’en bas, dit-on.

Autorités politiques, société civile, partis politiques, chefs religieux, forces de l’ordre, etc doivent se levez maintenant ! Prenez votre bâton de sensibilisateurs avant qu’il ne soit tard. Des mesures draconiennes doivent être envisagées contre ceux ou celles qui violeront les lois qui s’appliquent en matière de campagne électorale.

Journalistes aux articles de presse inconséquents, mettez de l’eau dans votre encrier. La Nation a besoin de survivre après la date du 11 octobre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici