Guinée : Flo Pogba rêve de la Coupe du monde….

0
381

Flo PogbaGuinée-Conakry : Florentin, le joueur de Saint-Etienne a ouvert un coin de voile sur le secret de sa famille. Il explique l’étonnante réussite footballistique des trois frères Pogba.Entretien

 

Depuis tout petit, nous avions déjà cette détermination d’être les meilleurs, quel que soit le sport, même à l’école. Nous avions cette rage de vaincre. On se disait que si un sport pouvait nous emmener haut, on allait tout faire pour y arriver. Le football nous a ouvert ses portes et on a décidé d’y aller à fond. On savait qu’on avait les capacités mentales, physiques et techniques pour arriver jusqu’au niveau professionnel ». Voilà comment, pour FIFA.com, Florentin explique l’étonnante réussite footballistique des trois frères Pogba.

« Notre père a joué au foot aussi », poursuit le défenseur de 25 ans. « C’est lui qui nous a poussés dans le sport. Ils nous emmenait tous les trois au parc pour travailler les coups francs, les penalties, les passes… Il nous a donné le plaisir du foot. Il n’a pas été professionnel, mais il nous a transmis son rêve. Notre mère aussi a été joueuse. Le fait que nous soyons tous les trois professionnels est une fierté pour eux, mais aussi pour nous. »
La famille a en effet de quoi être fière. Paul, le plus jeune, a connu une ascension vertigineuse avec la Juventus et l’équipe de France, avec laquelle il a été élu Jeune Joueur Hyundai lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Quant aux jumeaux Florentin et Mathias, ils sont tous deux internationaux pour la Guinée, le pays d’origine de leurs parents. « Depuis tout petit, je rêvais de jouer pour le Sily National », confie Florentin.

« Après, je n’ai pas eu de bons rapports lors de mes débuts avec le sélectionneur. De 2009 à 2011, je venais en sélection mais je restais toujours en tribunes. A cette période, j’ai eu l’opportunité de jouer le tournoi de Toulon avec l’équipe de France espoirs. Comme ça ne se passait pas bien avec la Guinée, j’y suis allé pour avoir du temps de jeu. »

Mais depuis 2013, le colosse de Saint-Etienne a définitivement opté pour la Guinée, et l’arrivée de Luis Fernandez en avril 2015 lui a permis de franchir un nouveau cap : « J’ai toujours été un leader dans l’âme. Je ne suis pas le plus ancien de l’équipe, mais le sélectionneur actuel me fait confiance. Il m’a dit que j’étais un moteur pour l’équipe et pour l’avenir, c’est pour ça qu’il m’a nommé capitaine. »

Réunion familiale
Et quand Mathias, qui joue attaquant à Partick Thistle en Écosse, est à ses côtés sur le terrain, l’épanouissement est total : « Ça m’a fait bizarre l’année où on s’est séparés, quand il est parti à Quimper et moi à Sedan. Après, nous nous sommes adaptés et on se parle tous les jours au téléphone. Nous avons joué trois ou quatre matches officiels ensemble en sélection. Quand je sais qu’il est là, j’ai doublement envie de tout donner, et lui aussi. Mentalement, c’est stimulant pour nous deux ».
En revanche, Paul, le petit dernier devenu si grand, n’a jamais connu ce bonheur : « On n’a pas eu la chance de jouer avec Paulo, parce qu’il avait trois ans de moins. Nous aurions bien voulu jouer avec notre petit frère, mais à présent ça ne se fera que dans le monde professionnel. Ce serait beau qu’on se rencontre un jour tous les trois, quel que soit le match. On en parle parfois, c’est notre rêve mais on sait que ça ne sera pas évident. Ça reste dans un coin de nos têtes. En attendant, nous sommes chacun concentré sur notre évolution. Si un jour nous devons tous les trois nous retrouver sur un même terrain, en Coupe du Monde par exemple, nous serions les plus heureux du monde. »

Pour avoir une chance de voir ce rêve se réaliser, les jumeaux Guinéens devront réaliser un exploit que le Sily National n’a encore jamais accompli, même si la sélection est passée tout près lors de la campagne de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014 : « Franchement, j’y ai toujours cru. Maintenant, nous savons que nous avons nous-mêmes plombé notre parcours en faisant des erreurs à domicile lors de matches que nous devions gagner. On ne peut s’en prendre qu’à nous même. Nous avons appris de nos erreurs. Si nous mettons tous nos atouts de notre côté, je pense que nous pouvons nous qualifier pour 2018. »

Pour la Guinée, la première étape sur la route de la Russie sera une double confrontation avec la Namibie les 12 et 15 novembre prochains, dans le cadre du deuxième tour des qualifications africaines. Le chemin sera encore long et incertain avant d’envisager une réunion familiale sur le toit du monde, mais pour les trois frangins Pogba, rien ne semble impossible.

Fifa.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici