Football : l’Espagne s’incline devant le niveau stratosphérique de Neymar

0
301

Neymar PictureLa vedette brésilienne a parfaitement suppléé Lionel Messi pendant l’absence de l’Argentin. Dimanche encore, Neymar a offert une véritable exhibition au public présent au Camp Nou, notamment avec son but venu d’ailleurs. Depuis, toute l’Espagne n’a d’yeux que pour lui.

L’excellente performance du Brésilien hier face à Villarreal lui a définitivement permis d’entrer dans une nouvelle dimension. Supporters et médias catalans n’ont plus les mots pour décrire les performances du n°11 catalan, qui réconcilie les nostalgiques de l’époque Ronaldinho avec les plus jeunes fans qui n’ont connu que les exploits de Lionel Messi. Ses statistiques sont impressionnantes : 13 buts et 6 passes décisives toutes compétitions confondues cette saison. Il semble compliqué de trouver des limites au potentiel du crack brésilien, toujours en pleine progression.

Pendant ces derniers mois, l’ancien de Santos s’est amélioré dans beaucoup de domaines, comme la finition ou la vision du jeu. Le petit ailier dribbleur et provocateur arrivé à l’été 2013 qui réalisait souvent le mauvais choix dans les derniers mètres est un souvenir bien lointain. Au plus haut niveau, le talent ne suffit pas, et ça Neymar l’a parfaitement compris. Il est passé du statut de bon complément à Lionel Messi à celui de vrai playmaker.

Aujourd’hui, le natif de Mogi das Cruzes est un joueur extrêmement complet, qui conserve les qualités qui sont les siennes depuis ses débuts, à savoir l’audace, le dribble et la folie, tout en ayant assimilé des concepts plus « européens » et plus « barcelonais » comme le pressing haut et un jeu plus collectif, souvent moins direct qu’au Brésil.

Le talent de Neymar fait l’unanimité… même à Madrid

Même du côté de Madrid, la presse se plie à genoux devant Neymar. « Le rugissement du Camp Nou, l’ovation des supporters, ne se produisait que pour rendre hommage à Messi. Il n’y a plus de doutes, quand Leo n’est pas là, le sort du Barça est entre les meilleurs mains possibles, celles de Neymar, ce joueur capable de sortir un dribble digne de Ronaldinho, Romario ou Garrincha. C’est son digne successeur. Son jeu est le reflet de son sourire. Il joue par pur plaisir », peut-on lire dans les colonnes du média pro-madrilène Marca.

C’est justement du côté de la capitale espagnole qu’on regrette le plus le transfert de Neymar au Barça. Florentino Pérez avait tout fait pour que le crack brésilien rejoigne les rangs du Real Madrid en 2013, mais c’est le Barça qui avait fini par décrocher le gros lot.

Et forcément, les Catalans bombent le torse et en profitent pour glisser quelques piques à l’ennemi juré. Dans son édito publié sur le site du Mundo Deportivo, le journaliste Raül Llimós revient sur le transfert raté de Neymar à la Maison Blanche : « J’imagine que la frustration des Madrilènes doit être énorme chaque fois que Neymar fait étalage de son talent. À 23 ans, il peut déjà disputer la 2e place du podium mondial à Cristiano Ronaldo. Il a une bonne finition, de la magie, du charisme, une certaine image et une intelligence qui lui a permis d’être ami de Messi, sur et en dehors du terrain, et de s’associer avec un tueur comme Luis Suarez pour devenir son passeur préféré. Neymar est le présent et l’avenir. Une valeur qui monte dont le Barça profite, et que le Real Madrid n’a pas ».

Neymar, l’héritier de Messi ?

À 23 ans, l’Auriverde est déjà en avance sur les temps de passage de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, révèle Marca. Il a ainsi inscrit 183 buts en 317 matches là où le Portugais n’en comptait que 118 en 327 rencontres et l’Albiceleste 150 en 268 apparitions. Même si les profils de Neymar et de l’Albiceleste sont bien différents, forcément, la comparaison devient inévitable au fur et a mesure que le Brésilien prend du gallon. Bien évidemment, personne n’ose affirmer que le n°11 a atteint le niveau de La Pulga, mais il y a encore un an, très peu pensaient qu’une absence de Messi pouvait être aussi bien palliée par l’ancien de Santos. « Neymar a réussi à faire quelque chose qui semblait impensable pour les Barcelonais ; que l’absence de Messi ne soit plus une fatalité », affirmait le journaliste Jordi Martí dans l’émission El Larguero de la Cadena SER.

«Aujourd’hui, c’est bien plus que l’héritier de Messi, c’est celui qui va aider l’Argentin à porter la couronne de roi, une couronne que lui même portera les jours où Messi ne sera pas là », écrit Francesc Aguilar dans le Mundo Deportivo du jour. Pas de doutes, celui qui « regroupe les qualités de Romario, Ronaldinho, Rivaldo et Ronaldo en une seule personne » (Sport), bien accompagné par Luis Suarez, a mis fin à la Messi-dépendance qui frappait le Barça ces dernières saisons. La perspective d’un Clasico sans le quadruple Ballon d’Or s’annonce moins effrayante, et on se frotte déjà les mains à l’idée de revoir le trio magique de retour sur les terrains.

FootMercato

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici