Makanéra à sa sortie : « Nous n’avons pas eu les coudées franches »

0
384
Makanera ne pouvait-il pas démissionner?
Makanera ne pouvait-il pas démissionner?

Guinée-Conakry : Le nouveau ministre de la Communication, Rachid N’Diaye, a été installé dans l’après midi de ce vendredi à son nouveau département où il s’est engagé « à servir au mieux » la Guinée. Alhussein Makanera Kaké qui s’en va, jure qu’il n’as « pas eu les coudées franches » durant son magistère…

 

Makanéra a démontré à qui doutait que le courant ne passe plus avec le locataire de Sèkhoutouréyah. A l’occasion de sa cérémonie de passation de services, l’ex ministre de la Communication, ancien « bulldozer » du chef de l’Etat n’a pas manqué de décocher des flèches de son arc.

L’homme  a jugé inutile de s’encombrer de discours écrit, il y est donc allé comme il l’a souhaité.

« Nous n’avons pas eu les coudées franches » étonne Makanéra. C’est pourquoi il a demandé « pardon au peuple de Guinée » au regard des attentes innombrables après sa nomination.

Le sortant de la Communication note des « dysfonctionnements ». Par exemple, Makanéra regrette le fait qu’il y ait eu « deux ministres de la Communication ». Lui qui avait le poste et le Ministre Conseiller à la présidence de la République chargé à la Communication et Prospective. Ironie du sort, c’est ce dernier qui l’a remplacé.

Donc, jure-t-il, « le décret qui m’a limogé est un décret de soulagement », lâche-t-il devant une assistance stupéfaite.

Le discours, du moins universitaire  de Rachid N’Diaye, le nouveau ministre de la Communication, est tout le contraire de son prédécesseur.

« Je m’engage à servir au mieux notre pays…L’heure n’est pas au grand discours, mais à l’action » introduit M. N’Diaye. Il a étalé l’étendue de sa mission devant l’assistance composée en grande partie de journalistes, inquiets pour leur département qui est en chute libre depuis quelques années.

Rachid N’Diaye, fondateur du Magazine Matalana, prône la modernisation des instruments de communication. Les  médias publics doivent redevenir un instrument de valorisation du service public.

Le successeur de Makanéra a évoqué également la conclusion de contrat d’objectif, de modernisation avec le concours des NTIC…

Si le nouveau ministre savait que beaucoup de responsables au sein du ministère de la Communication sont vieux, dépassés et n’ont pas d’e-mails….C’est peu dire !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici