Guinée : des objets archéologiques datant de 6 000 ans exposés au Musée national

0
642
Une vue du musée national
Une vue du musée national

Les Objets archéologiques de la Compagnie de Bauxite de Guinée (CBG) ont été exposés mardi 11 mai au Musée national de Sandervalia dans la commune de Kaloum. L’objectif de cette exposition était d’inviter des chercheurs guinéens à travailler pour la préservation des œuvres historiques de la Guinée. C’est le Ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique Siaka Barry qui a présidé cette exposition.

Ces objets archéologiques présentés datent de l’antiquité. Et ils sont très variés. Il s’agit entre autres de la pierre du nom de tesson de céramique néolithique finale qui date de 6000 ans avant Jésus Christ, la parawi paléolithique du moyen âge. Ils ont une longueur qui varie entre 5 centimètres ; 11 centimètres ; 10,7centimètres, etc..
Cette cérémonie a été une occasion pour la directrice nationale du musée Hadja Kadet Seck , de faire la plaidoirie en faveur du musée qui se trouve dans un état de dégradation. « Je suis très heureuse, mais en fait, ce n’est pas la première fois que je reçois les objets préhistoriques. Ce sont des objets archéologiques. Mais, j’ai besoin de plus que ça parce que ces objets, ce n’est pas la peine de les avoir et les cacher dans les réserves qui ne sont pas certainement adaptées. Il faut les présenter ils sont faits pour être présentés. Nous n’avons besoin que de les conserver et les exposer. Les personnes de bonne volonté doivent-nous aider à avoir plus de salle d’exposition pour pouvoir présenter ces objets. L’objet est utile quand un élève, un chercheur vient le visiter. Nous n’avons pas besoin que de les conserver, nous avons besoin de les exposer mais nous n’avons pas d’espace d’exposition ».

En présidant la cérémonie, le ministre de la Culture, des Sports et du patrimoine Historique, Siaka Barry a indiqué: « avec les découvertes faites aujourd’hui par la CBG, nous avons toutes les raisons d’espérer et de croire en cette possibilité que la Guinée soit le berceau de l’humanité. Au delà de ça, c’est vrai qu’il y avait une forte controverse qui plaçait surtout du côté de l’Afrique australe et de l’Afrique orientale la seule possibilité pour l’Afrique d’avoir hébergé l’humanité dans son berceau. A ce jour avec l’exhumation de ces artéfacts avec la compagnie des bauxites de guinée, nous sommes entrain de clore ce débat, et d’inscrire la guinée dans la page préhistorique de l’Afrique ».

Parlant de l’etat peu confortable du Musée national, le ministre Siaka Barry dira: « C’est avec un pincement au cœur que nous voyons l’état dans lequel les artefactions sont le plus souvent conservés dans ce musée. vous avez avec nous ici le doyen Djibril Tamsir Niane qui est à la base des fouilles de Niani qui sont des fouilles médiévales qui ont permis de mettre en évidence le rôle joué par la Guinée au sein de l’empire du mali et au sein de l’empire du Ghana. Donc… la conservation de cette histoire passe par la restauration de ce musée ».

Avec cette exposition, l’on se demande si la Guinée n’est pas le berceau de l’Humanité… Le débat est d’actualité.

Aboubacar Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici