Menace de l’opposition : Le gouvernement veut éviter une « nouvelle crispation politique »

0
269
Damantang Albert Camara
Damantang Albert Camara

Guinée-Conakry : Le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, affirme que l’Exécutif doit « veiller » à ce que les manifestations de rue annoncées après ramadan-qui finit ce mardi-n’engendrent une « nouvelle crispation politique » dans le pays.

« L’opposition  souhaite exercer un droit, le gouvernement devra exercer également sa responsabilité en maintenant  l’ordre public et  en veillant à ce que ces manifestations n’engendrent pas encore de nouvelle crispation politique. Sachant que la responsabilité première revient à celui-la qui organise la manifestation à savoir l’opposition. Nous espérons que le sens de responsabilité de la mesure  prévaudra en l’occurrence » affirme Damantang Camara ce mardi à l’occasion d’une conférence de presse à Conakry.

L’opposition dite républicaine, à la tête le président du parti l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a menacé d’organiser depuis un mois, des « marches pacifiques » pour exiger un dialogue avec le pouvoir.

(…) Si le dialogue ne marche pas, peut être  que le gouvernement a sa part de responsabilité. Mais l’opposition qui est partie prenante du dialogue à l’Assemblée nationale  et à la CENI, est  au même niveau de responsabilité que le gouvernement ! Il faut que chacun fasse des efforts pour que le dialogue  avance. Je ne pense que  ces efforts se trouvent dans la rue surtout quand on sait les conséquences que ces manifestations  ont eu  jusqu’à présent en République de  en Guinée » analyse le porte-parole du gouvernement guinéen.

Le ministre porte parole du gouvernement Albert Damanta Camara, s’est  entretenu avec la presse nationale  ce mardi 05 juillet,  à la veille de fête de ramadan, marquant la fin de ce mois saint. Des questions d’actualité nationale, à savoir le dialogue politique, la prochaine marche de l’opposition annoncée, le retrait ou pas de Rio Tinto  sur le projet Simandou et autres sujets ont été abordés.

Vingt quatre heures avant le délai fixé par l’opposition, le ministre Albert Damananta Camara, leur rappelle   d’arrêter  de placer l’argument de  leur marche par le retard du dialogue politique.

«Je crois que systématiquement on essaye de mettre la justification des manifestations sur le fait qu’il n’ y a pas de dialogue. Ce qui est absolument  faux. Il n’y a pas de dialogue tel que le veut l’opposition, aux conditions que veut l’opposition, quand elle veut, où elle le veut, comme elle le veut. C’est possible, mais  ça vous  comprendrez qu’aucun   gouvernement n’est  obligé de se plier à ce type d’exigence » durcit le ministre de l’Enseignement professionnel.

 

« Mais, poursuit-il,  il y a un dialogue qui est permanent au sein de l’Assemblée nationale et  au sein de la CENI.  Puisqu’on parle par exemple  d’élection  et  au niveau de laquelle je le répète,  tous les acteurs sont représentés. Donc, le dialogue politique existe en Guinée, c’est faux  de faire croire   le contraire. Maintenant, ils- les opposants,ndlr- souhaitent que le dialogue soit porté à un niveau plus élevé, en faisant jouer le statut du premier ministre qui est constitutionnellement le garant du dialogue politique. Il faut savoir une chose, c’est  qu’ à chaque fois que vous montez  d’un niveau dans la résolution d’un problème pour chercher des solutions, ça veut dire que vous avez échoué au niveau où vous étiez ».

En Guinée  certaines  rencontres entre le gouvernement et l’opposition sur la reprise du dialogue a parfois  échoué par la suite. Le porte-parole du gouvernement pointe du doigt la même opposition d’être à la base de cet échec.

Balla Yombouno

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici