La Guinée s’engage pour « des vacances sans excision »

0
355

Vacances sans excisionGuinée-Conakry : Ce mercredi, 03 Aout 2016, le gouvernement travers le ministère de l’Action sociale et de la Promotion féminine  a procédé au lancement de la campagne nationale 2016 contre  l’abandon des mutilations génitales féminines sous le slogan ’’Engageons nous pour des vacances sans excision’’.

Selon l’enquête démographique de la santé publiée en 2012, le taux de  prévalence est de 97%  chez les jeunes filles et des femmes  de 15 à 49 ans. Il s’agit de taux le plus élevé de la sous région. Elle est   répandue dans toutes les régions de la Guinée et dans toutes les ethnies » a déclaré Sanaba Kaba, Ministre de l’Action Sociale. Et d’ajouter que « Cette  pratique est sans fondement, aucune religion ne la recommande. »

A travers son ministère, elle s’engage à lutter pour l’abandon des mutilations génitales féminines  ainsi que le mariage précoce en Guinée.

La réalisation de cette campagne sous le sceau de messages uniformes permettra d’aborder sans doute les enjeux, notamment culturels, sur le sujet et d’insister sur l’importance de la préservation de l’intégrité physique de la jeune fille. Ainsi, tout au long de la campagne, il sera organisé par le Ministère et ses partenaires, des actions de plaidoyer, de sensibilisation et de mobilisation des communautés sur les questions des MGF, des ateliers de renforcement des capacités des acteurs sectoriels et la production d’émissions publiques sur les femmes et les jeunes filles» continue-t-elle.

Une initiative soutenue par le Système des Nations Unies, la Coordinatrice du  Système des Nations Unies en  Guinée Séraphine Wakana.

Cette pratique fait des dégâts  aux femmes, lors de l’accouchement.  Parfois, elle conduit à la mort.  Depuis 4 ans, cette initiative nous permet de mettre un accent particulier durant la période de vacances  scolaires  sur l’excision de masse. Et d’accompagner de manière plus intensive les filles et les femmes en risques de cette pratique »

Lire aussi : Une fille meurt après une opération d’excision

A son tour, le conseiller politique à l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique en Guinée, Régis Prevot a indiqué que «la population guinéenne doit être largement informée que l’abandon de l’excision ne sera pas imposée de l’extérieur et mais plutôt que ce combat nécessite l’implication de tout le monde».

Pour sa part, le Premier Ministre, Mamady Youla, a annoncé tout l’engagement de l’Exécutif à mettre un terme aux violences faites à la femme.

Je  vous rassure que nous serons présents dans toutes les actions organisées dans le cadre de la protection et de la promotion des droits humains des couches vulnérables de notre pays. Nous tenons à apporter aux initiatives du ministre de l’Action Sociale dans le cadre  de la sensibilisation de tous les acteurs pour  mettre fin  à cette pratique. Je voudrais vous rassurer une fois encore  de la disponibilité totale et de l’engagement solidaire de mon gouvernement à soutenir  le processus d’abandon de l’excision qui aujourd’hui est une des  formes de violation flagrante des droits de la femme et de l’enfant dans le pays »

Lire aussi : certaines communautés abandonnent l’excision

Selon la Loi L/2000/010/AN du 10 juillet 2000 adoptant et promulguant, la loi portant sur la Santé et la Reproduction, il est précisé en son article 13 que : «sous réserve des dispositions du Code Pénal, les actes attentatoires aux droits en matière de santé sexuelle, seront incriminés et pénalement réprimés ». Des peines sont prévues dans les articles 407 à 409 du Code de l’Enfant Guinéen (Loi L/2008/011/011/AN du 19 août 2008).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici