Procès Ousmane Gaoual : la bataille judiciaire autour du « flagrant délit »

0
279

Ousmane GaoualGuinée-Conakry : Ce mercredi 10 août 2016, au Tribunal de première instance de Dixinn, lors des audiences, la défense prétend que leur client Ousmane Gaoual, député de l’UFDG poursuivi pour « offense au président de la République », « n’a pas été pris en flagrant délit. »

Dans leur intervention, la défense a levé la particularité de non valeur de la procédure. Elle prétend que leur client  Honorable Ousmane Gaoual accusé d’outrage au Chef de l’Etat, n’a pas été pris dans le cadre du flagrant délit.

« Il n’y a pas de quatrième délit de flagrance « , a lancé maître Alsény. « S’il y a  infractions, c’est en réponse d’un discours du Président au siège d’un parti » affirme-t-il.

 L’un des avocats de la défense, Maître Paul Yomba Kourouma  quand à lui, a dénoncé  la banalisation de la fonction du député.

« Il y a eu droit de réponse du député Ousmane Gaoual Diallo. Il n’a pas  été poursuivi ni par la clameur publique, ni s été arrêté. Il s’est lui-même rendu devant les officiers de police judiciaire » lace-t-il.

Sur la question du ministère publique,  la défense a demandé au Tribunal de renvoyer le ministère public « à mieux se pourvoir ».  Une demande qui a irrité la colère du parquet. Le procureur Sidy Souleymane Ndiaye a menacé de placer l’honorable Gaoual sous mandat de dépôt au cas où cette demande de la Défense prospérait.

«On me renvoie à mieux me pourvoir, je demande son déplacement sous mandat de dépôt » déclare t-il

Quand à la partie civile, elle  affirme que la défense s’est égarée, en demandant l’annulation de la procédure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici