Enquête : Voici le dossier qui agite le milieu du handball guinéen

0
519
Paye handball
Les joueuses et le président de la fédération guinéenne de Handball

Guinée-Conakry : Rien ne va plus entre deux handballeuses installées en France depuis deux ans et la fédération guinéenne de Handball à travers son président, Mamadouba Paye Camara. GuinéeTime a écouté les deux parties ».

L’histoire remonte en juillet 2014, année à laquelle Maimouna Cissé et Fatoumata Soumah, toutes handballeuses, ont signé un document avec Kevin Decaux, coach du club de Handball, de Mante-la-jolie en France. Ce fût un événement, « historique », avait commenté la presse. Une première dans l’histoire du handball guinéen.

Mais tous les médias présents – des archives existent sur le net- écrivent « un contrat professionnel » signé par ces handballeuses.

Premier accrochage

Si Maîmouna Cissé, une joueuse qui a joint notre rédaction croit mordicus au terme « contrat professionnel », elle s’oppose à la Fédération guinéenne de Handball. Et forcément à son président. Le commissaire de police

Signature en 2014 à Conary
Signature en 2014 à Conary

Mamamdouba Paye Camara qui parle d’une « Convention ».

« La signature qui a eu lieu à Conakry, c’était une convention pour faire des essais dans ce club, Mante-la-Jolie en France. Si l’ essai s’avérait concluant, le club devait aider à leur scolarisation, bref la possibilité de faire des études et le sport. Elles allaient étudier et pratiquer leur sport » nous affirme-t-il au téléphone.

Maimouna Cissé réplique : « la copie du contrat, on ne savait rien de son contenu. Tout comme nos familles ».

Les deux parties sont d’accord : Mamadouba Paye Camara a financé l’intégralité des frais de voyage pour la France. Et l’homme se rappelle d’ailleurs avoir emmené à quatre reprises au moins, cette Maimouna en France.

Les deux parties sont aussi unanimes qu’ àprès l’arrivée des joueuses sur le sol français, le club pour lequel elles étaient parties avait fait faillite.

Quand « le club Mante-la- jolie a fait faillite. J’ai demandé à l’entraineur Decaux de nous aider à trouver un autre club. C’est moi qui assurais leur manger, chaque mois et elles le savent » se rappelle le président de

Domani Doré avec les filles, à l'équipe ministre
Domani Doré avec les filles, à l’époque ministre des Sports

la fédération guinéenne de Handball.

Effectivement, Kevin Decaux a réussit. Les filles sont envoyées dans un autre club, à Taverny.

« Nous y avons passé 6 mois sans prime. Nous logions dans la maison du président du club. Ce dernier a accepté de dormir au salon et nous deux, dans sa chambre. Cela a pris fin par la démission de cet homme du club » raconte Cissé. Un appartement avait été trouvé pour location. « Mais le prési Paye a trouvé cela exorbitant et nous a demandé d’aller vivre dans son appartement à Picardie » nous dit Maimouna.

La version de M.Paye est toute autre.

« Après 6 mois dans ce club, à Taverny,  une de ces joueuses, Soumah Fatoumata, a disparu et durant trois semaines, personne ne savait sa destination. Le club avait déjà engagé une procédure administrative à la préfecture. Vu ce comportement, les encadreurs du club ont décidé de mettre fin à la procédure. Le club a demandé qu’elles rentrent en Guinée. Mais leur retour en Guinée, signifie une honte pour nous. Donc j’ai décidé à ce qu’elles restent chez moi. Durant 6 mois, je cherchais des clubs pour elles. »

A propos de l’échec de la procédure, Maimouna incrimine plutôt Decaux qui avait demandé qu’elles n’étaient pas « obligées d’aller à la préfecture le jour annoncé ». Et après la situation s’est « compliquée ».

Les deux parties reconnaissent qu’à l’appartement du président Paye, la durée de leur séjour en ces lieux est égale à 1 an et 6 mois. « On ne jouait plus », se lamente Cissé.

Mais avant, le club Mantes-la-Jolie pour lequel les handballeuses avaient signé un document -contrat ou convention, c’est selon les parties- a réglé ses problèmes.

« Ce club décide de les reprendre et leur alloue un appartement. Le premier jour, la même Fatoumata Soumah découche pour 3 jours, c’était en 2015. Les dirigeants du club viennent leur surprendre, Fatoumata était absente. Donc le club statue sur leur cas et décide de les renvoyer. Au lieu de revenir en Guinée, c’est moi qui les récupère et restent chez moi durant quatre mois » place Paye.

Et après? « Elles ont fait des essais. concluants. Maimouna Cissé a été retenue pour le Mans. C’est moi qui ai donné l’argent pour son titre de séjour. Arrivée au Mans, elle sort de 17 heures à 3 heures du matin. C’est à cette heure qu’elle appelle sa tutrice, une vieille qu’elle veut rentrer mais a peur. Les gens étaient obligés d’aller la chercher afin qu’elle ne soit agressée. Depuis, ce club aussi a désisté en disant qu’il voulait aider une petite fille.

Coach Decaux à Conakry-2014
Coach Decaux à Conakry-2014

Renvoyée, elle est revenue avec sa copine chez moi. Et à côté de chez moi ( pas de loin de Paris, ndlr), l’entraîneur Decaux a trouvé un club pour elles. Elles y sont restées 6 mois. Le sénateur de la ville a été rencontrée pour qu’elles puissent avoir des papiers. Elles s’entraînaient, mais ne pouvaient pas jouer les matches officiels.

Le problème se joue au niveau de la carte de séjour, mais elles ont un club » fait remarquer le commissaire Paye.

Au domicile de Paye, Maimouna dit avoir surpris une discussion entre Mme Paye et une voisine disant que « nous sommes payées normalement à 800 euros mensuels, chacune ».

Un salaire? Le président de la Féguihandball le dément catégoriquement. « Je suis prêt à leur donner 5000 euros par mois et par fille »  si cette information est vraie.

« Les gens cherchent à ternir mon image mais ils se trompent. Tout le monde sait ce que je fais pour les sportifs » s’énerve-t-il. Se rapellant tout ce qui a eu comme soucis avec l’ambassade de France à propos de ce dossier.

Il y a trois semaines, les deux handballeuses ont quitté le domicile parisien du président de la fédération de Handball. Maimouna Cissé accuse Mme Paye de les avoir poussé dehors.

Ce que dément tout naturellement M.Paye.

« Au retour de ma femme et enfants des vacances, ma femme a trouvé un document de  la société chez laquelle on loue la maison. Le document dit qu’il y a trop de monde dans la maison et il faut des entretiens. Alors on leur a demandé de descendre les affaires dans la cave. Maimouna Cissé, elle même a lu le document et a fait descendre ses affaires dans la cave. Elle a pris des effets qu’elle voulait et après elle a quitté. Est-ce qu’une personne qui vous a hébergé deux ans, peut vous chasser? » relate M.Paye.

Mais la raison de leur départ peut être ailleurs. « En septembre prochain, je devais les faire revenir en Guinée afin de chercher un visa de long séjour pour elles et les retourner. Depuis qu’elle est partie, elle n’est plus revenue » dévoile Paye.

Aujourd’hui, les deux filles semblent « se chercher » en France, en quête de carte de séjour et de club pour espérer remplir leur mission au près des parents en Guinée.

Aux dernières nouvelles, Fatoumata Soumah, une des joueuses, présente sur facebook « ses excuses à la fédération guinéenne de handball ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici