Gabon- présidentielle: Jean Ping et le camp d’Ali Bongo revendiquent chacun la victoire

0
378
Ping à gauche et Ali Bongo
Ping à gauche et Ali Bongo

Alors que la proclamation officielle des résultats du scrutin présidentiel d’hier est prévue pour mardi prochain, dans la foulée de la compilation des résultats, les camps d’Ali Bongo et de Jean Ping revendiquent déjà la victoire. Une situation qui sème la confusion et fait craindre des violences post-électorales.

Après Alain Claude Billie By-Nze, le porte-parole d’Ali Bongo Ondimba, qui annonçait hier sur les antennes de Gabon 24 que son candidat était en passe d’être réélu, le tour est revenu aujourd’hui à son principal rival, Jean Ping de se proclamer vainqueur du scrutin du samedi 27 août.

En effet, dans une déclaration devant la presse ce dimanche 28 août 2016, l’ancien président de la commission de l’Union africaine a dit avoir remporté le scrutin. « Au moment où je m’exprime devant vous, toutes les tendances nous donnent vainqueurs », a déclaré Jean Ping devant la presse. Avant d’indiquer qu’il attendait désormais que son adversaire, Ali Bongo Ondimba l’appelle pour le féliciter.

L’un des candidats malheureux, Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti Social Démocrate (PSD) a pour sa part reconnu tard dans la nuit d’hier la victoire de Jean Ping via son compte Facebook. « Il est clair que Jean Ping a obtenu sans équivoque la majorité des suffrages du peuple gabonais qui tenait à l’alternance à la tête de l’Etat », peut-on lire sur le post de Maganga Moussavou. Non sans ajouter : « Je félicite l’élu de la nation et lui souhaite plein succès dans sa nouvelle mission d’assumer la cohésion, le bonheur et la prospérité de l’entièreté du peuple gabonais ».

Au moment où la compilation des résultats du vote est encore en cours à la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), en attendant leur proclamation officielle par l’organe en charge des élections, cette revendication de la victoire par les deux camps, qui s’accusent mutuellement de tentatives de fraude n’est pas de nature à garantir des lendemains tranquilles.

Ce qui affole déjà certains compatriotes, qui ont pris d’assaut les magasins et autres espaces commerciaux, en vue de s’approvisionner suffisamment en nourriture et autres vivres, au cas où le pays viendrait à basculer.

Alors plutôt que de se lancer dans une ‘’ guerre’’ de déclarations de victoire, la démocratie voudrait que le perdant félicite le vainqueur comme l’ont fait Abdoulaye Wade en 2012 face à Macky Sall au Sénégal, et Lionel Zinsou face à Patrice Talon, il y a tout juste quelques mois au Bénin.

Voilà la seule attitude noble qui puisse épargner le Gabon d’un dérapage majeur. Car après tout c’est le peuple qui aura parlé et il faut que soit respecté son choix.

In gaboneco

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici