Attentat de Nice : un rapport de police contredit la version du gouvernement

0
211

Emanuel vallsLes policiers nationaux étaient-ils assez nombreux le soir du 14-Juillet sur la promenade des Anglais ? Cette question, au centre d’une polémique entre Bernard Cazeneuve et Christian Estrosi après l’attentat de Nice, est toujours d’actualité.

L’émission « Quotidien » de Yann Barthès a dévoilé, jeudi 29 septembre, les extraits d’un rapport de la police judiciaire qui contredit la version avancée par le gouvernement, mais aussi par la municipalité.

Ce rapport, qui émane de la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la direction centrale de la police judiciaire, revient sur deux points clés : le nombre de véhicules de police présents ce soir-là, et la façon dont le camion a été stoppé.

Une seule voiture de police nationale sur les lieux

« La police nationale était présente. Des véhicules de police rendaient impossible le franchissement de la promenade des Anglais », avait assuré le ministre de l’Intérieur après l’attentat.

Le rapport de la Sdat, lui, ne repère qu’un seul véhicule sérigraphié de la police nationale qui, à 22 heures 34 minutes et 28 secondes, « active ses gyrophares et prend en charge le camion terroriste ». Mais, très vite, le fourgon de police se retrouve bloqué par les passants, et doit zigzaguer entre les personnes blessées et paniquées.

Le camion s’est arrêté parce qu’il a calé

Après les attentats, le ministre de l’Intérieur avait affirmé que le « dispositif de protection » mis en place à Nice ce soir-là avait « permis à la police nationale d’intercepter le camion et de mettre un terme à sa course meurtrière ».

Là encore, la Sdat contredit les explications officielles. « A 22 heures 35 minutes et 46 secondes, le camion terroriste cale. Il ne repartira plus », notent les enquêteurs. Ce n’est que 43 secondes plus tard que les policiers arrivent derrière le camion. S’ensuit une fusillade qui dure 1 minute et 15 secondes. Le terroriste est abattu à 22 heures 37 minutes et 44 secondes par les policiers.

FranceInfo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici