Editorial : Ce débat politique de caniveau…

0
550
La salle du dialogue politique guinéen. Photo : CCG
La salle du dialogue politique guinéen.
Photo : CCG

Guinée-Conakry : Si vous voulez connaitre les vrais problèmes qui assaillent le quotidien du Guinéen, ne demandez surtout pas au député ou la majorité des membres de la classe politique du pays. Ils sont occupés à se bagarrer…dans leur débat de caniveau.

Ce n’est pas un secret ! Le niveau du débat politique en Guinée est assez faible, à un niveau primaire où l’égo a pris le dessus sur l’intérêt du Peuple.

Les attaques et contre-attaques personnelles des adversaires politiques auxquelles assistent les citoyens, dans les médias, ressemblent à biens des égards à un débat politique de caniveau. Le citoyen n’a rien à y cirer.

Les crocodiles, grands ou petits, de notre marigot politique, se donnent des coups pour assurer leurs arrières. Mais les vrais problèmes du peuple sont du coup relevés aux calendes grecques.

A quel saint se vouer, s’interroge le citoyen. Députés, hommes politiques et autres membres du personnel politique, comme toujours, ont pris les calculettes. Ils s’interrogent sur le nombre de chefs de quartiers ou districts à engranger à l’issue des prochaines joutes électorales, les communales.

En réalité, conformément à l’Accord politique inter-guinéen, récemment paraphé par la classe politique et qui suscite des critiques acerbes et un ressentiment dans l’opinion, les chefs de quartiers et leurs semblables seront nommés « au prorata » des résultats des partis politiques engagés dans la course aux communales.

Ce « deal » comme le dénoncent les acteurs de la société civile, contraste avec des dispositions du Code électoral qui interdisent la campagne électorale dans les quartiers aux couleurs des partis politiques ou de toute ONG.

Et pourtant…

Les routes nationales, de Conakry au dernier village du pays, sont dans un état lamentable. Le Fonds d’entretien routier, sensé mettre de l’argent à disposition, continue de pleurnicher. Alors que les prélèvements sur chaque litre d’essence acheté à la pompe, continuent.

De vrais sujets qui doivent inspirer nos chers politiques, surtout ceux de l’opposition.

L’arrêt des bus de la Sotragui, société de transport public, celui, ces derniers jours,  du train Conakry Express, sont une réelle source de souffrance des guinéens.

Des soupçons de détournement dans l’attribution des marchés publics, la qualité de l’eau de la SEG ( Société des Eaux de Guinée), le manque de contrôle des normes et qualité etc…Il  ya pourtant des sujets sur lesquels un bon politicien peut bâtir sa popularité.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici