Nigéria : près de 400.000 enfants sont confrontés à la famine (ONU)

0
275
Crédit Photo : ONU
Crédit Photo : ONU

Le Coordonnateur humanitaire par intérim des Nations Unies au Nigéria, Peter Lundberg, a souligné que près de 400.000 enfants dans le pays sont confrontés à la famine alors que des citoyens ont peu ou pas d’accès à de l’eau potable, la santé, la protection, l’éducation et à la sécurité alimentaire.

«Je veux assurer le Gouvernement du Nigéria de l’engagement de la communauté humanitaire internationale à collaborer étroitement avec les mécanismes fédéraux et d’État afin accélérer notre réponse collective », a déclaré le Coordonnateur, dans un communiqué de presse publié mercredi par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Le Coordonnateur humanitaire a salué l’annonce récente du Groupe de travail interministériel et du Groupe de haut niveau de coordination humanitaire, ainsi que le Comité d’intervention humanitaire de l’Etat de Borno et attend avec intérêt de voir « l’impact tangible » dans les semaines et les mois à venir.

M. Lundberg a indiqué que le gouvernement et la communauté humanitaire apportent une aide humanitaire aux millions de personnes désespérément dans le besoin, malgré l’insécurité et les contraintes d’accès. Il a encouragé les organisations humanitaires devraient continuer à maintenir la neutralité, l’impartialité et l’indépendance et à travailler là où la sécurité le permet.

«Les besoins sont actuellement plus élevés que la capacité de la réponse et nous devons nous assurer que nous avons à la fois l’accès et les ressources pour intensifier notre soutien humanitaire dans les mois à venir », a-t-il dit.

Malgré la générosité du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) et les contributions continues de la communauté des bailleurs de fonds, le Coordonnateur humanitaire a souligné que le Plan d’intervention humanitaire nigérian pour 2016 n’a reçu qu’un tiers des 484 millions de dollars nécessaires.

M. Lundberg a indiqué que la sécurité alimentaire constitue toujours la priorité de la réponse humanitaire mais qu’elle n’a reçu que 25% du financement demandé. « Sans les moyens de répondre, des garçons, filles, femmes et hommes innocents vont mourir », a dit le Coordonnateur humanitaire.

Par ailleurs, M. Lundberg a noté que l’attaque contre un convoi humanitaire le 28 juillet et plus récemment l’attentat-suicide à Maiduguri le 12 octobre est un rappel brutal que « nous ne devons pas relâcher notre vigilance dans un environnement à risque élevé ».

In Actualités Onu

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici