Loi des finances 2017 : que faire du budget d’austérité de 15 mille milliards?.

0
283

doumbouyaC’est bien à cette question que le ministre guinéen du Budget Mohamed Lamine Doumbouya a tenté de répondre mercredi 09 novembre lors de la session budgétaire consacrée à la présentation de la Loi des finances 2017 devant les députés à l’Assemblée Nationale.

Mohamed Lamine Doumbouya a révélé que ce budget fixé aux alentours de 15 mille milliards de francs guinéens se veut celui d’austérité.

‘’Ce budget insiste beaucoup plus sur le volet social : éducation, santé, sécurité’’, a indiqué d’entrée M. Doumbouya. Plus loin, il précise que c’est un budget qui privilégie, du côté des investissements, les projets déjà entamés qu’on cherche à finaliser.

‘’C’est un budget qui permet de nous désendetter vis-à-vis du secteur privé. Donc, le gouvernement est résolu à accroitre le renforcement des capacités des opérateurs économiques privés’’, détaille-t-il. Avant d’enchainer avec une autre décision du gouvernement : ‘’Mais aussi, nous sommes décidés à prévenir d’autres crises auxquelles nous ferions face, notamment, l’épidémie d’Ebola de laquelle nous sortons’’. Et de poursuivre:  » il faut renforcer nos structures sanitaires, le système éducatif (….) Il faut aussi accroitre notre capacité à pourvoir l’énergie davantage. Il y a Kaleta oui, mais il y a d’autres barrages aussi qu’on peut valoriser. Et permettre également à nos populations d’accéder à l’eau potable. Vous savez, il y a Beaucoup de maladies qu’on contracte à travers l’eau».

Le ministre du budget poursuit en disant que : ‘’C’est un budget qui est ciblé sur les besoins, qui tient compte de nos ressources’’. ‘’Nous n’avons pas voulu creuser le déficit pour financer, parce que ce n’est pas forcément une bonne façon de gérer…».

Le ministre Doumbouya dit en d’autres termes qu’on ne dépense que sur la base des ressources disponibles’’.

Parlant des prévisions, il estime que le budget-ci tournant autour de 15 mille milliards de francs guinéens, est un signe d’accroissement. Car, argumente-t-il, l’année dernière, c’était 14 mille milliards. ‘’On croît, puisque c’est le reflet de la croissance économique de cette année 5.2%. On s’attend à ce que l’année prochaine on ait une croissance de 4.6%. Ce n’est qu’une prévision. Les données peuvent changer entre temps si on a plus de visibilité sur la situation économique’’. Nuance le ministre du budget. Avant de formuler l’espoir que ‘’tout se passera bien’’.

Nabilaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici