Football Leaks : Ronaldo et Mourinho accusés d’évasion fiscale

0
300

Douze médias européens révèlent, au terme d’une longue enquête, que le favori pour le Ballon d’or aurait dissimulé 150 millions d’euros dans des paradis fiscaux.
Les stars internationales du foot Cristiano Ronaldo (Real Madrid) et José Mourinho, coach de Manchester United, sont au cœur des Football Leaks, une enquête menée par douze médias européens sur la dissimulation fiscale dans le monde du football.

La première publication, réalisée par Mediapart en France, a débuté vendredi 2 décembre et durera trois semaines. L’enquête se base sur la fuite de 18,6 millions de documents, à l’instar des Panama Papers.

Les premiers incriminés, Ronaldo, Mourinho et l’attaquant de Monaco Radamel Falcao, sont tous sous la coupe du super-agent du foot, le Portugais Jorge Mendes, également mis en cause et qui conteste ces accusations. Il avait anticipé les révélations puisqu’il avait fait publier dès vendredi matin, via sa société Gestifute, un communiqué assurant que Ronaldo et Mourinho respectent «pleinement leurs obligations fiscales vis-à-vis des autorités espagnoles et britanniques ». Gestifute se plaignait d’avoir été interrogée de façon « insidieuse » par un consortium de médias.

Un «système Mendes »

Ce dernier, l’European Investigative Collaborations (EIC), accuse Ronaldo, grand favori pour le prochain Ballon d’or, d’avoir « dissimulé 150 millions d’euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les îles Vierges britanniques ».

Les documents exploités par l’EIC – obtenus au départ par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel – montreraient comment CR7 «a encaissé, en toute discrétion, un total de 149,5 millions d’euros de revenus de sponsoring dans des paradis fiscaux ces sept dernières années ». « Sur cette fortune, l’attaquant n’a payé que 5,6 millions d’euros d’impôts. Soit à peine 4 %, et sans être poursuivi pénalement », affirme l’EIC.

L’enquête Football Leaks dénonce aussi «les rouages du système de dissimulation fiscale mis en place », selon elle, par Mendes, pour « soustraire au moins 185 millions d’euros de revenus de sponsoring à la vue des administrations fiscales, via un réseau de société-écrans et de comptes offshore en Irlande, aux îles Vierges britanniques, au Panama et en Suisse ».

L’EIC accuse aussi Mourinho d’avoir «dissimulé 12 millions d’euros au fisc, logés sur un compte suisse détenu par une société-écran immatriculée aux îles Vierges britanniques ». Ni Ronaldo ni Mourinho « n’ont été impliqués dans des procédures judiciaires [de] la commission de fraude fiscale », avait contesté par anticipation Gestifute dans son communiqué.

Pourtant, «un contrôle fiscal a été lancé sur les revenus 2011-2013 » de Ronaldo et, selon ses avocats, «une inspection du fisc espagnol » est «en cours », assure l’EIC. Pourquoi ? Le Portugais a « touché, entre 2009 et 2014, 74,8 millions d’euros via une société offshore […] immatriculée aux îles Vierges britanniques, sans en parler au fisc », puis, «par peur d’être découvert, il a fini par en déclarer une partie », peut-on lire dans les Football Leaks. L’EIC soutient aussi que «le 20 décembre 2014, Ronaldo a vendu pour 74,7 millions d’euros ses droits marketing pour les années 2015-2020 » pour «profiter d’un régime fiscal ultra-avantageux qui allait disparaître douze jours plus tard ». Le Portugais aurait ainsi « éludé 31 millions d’euros d’impôts ».

Plus de 10 millions de dollars dissimulés pour Falcao

Ces accusations tombent alors que Cristiano Ronaldo jouera samedi avec le Real face à Barcelone un des matches les plus attendus au monde, baptisé le clásico. Dans son communiqué, Gestifute ne parlait pas du Colombien Radamel Falcao, également ciblé par l’EIC. Pendant la période 2011-2013 (il jouait pour l’Atlético Madrid), il aurait notamment « encaissé 1,3 million d’euros sur un compte suisse détenu par une société aux îles Vierges, versés, via les sociétés irlandaises du système Mendes », par différents sponsors et équipementiers.

Falcao détient aussi, selon l’EIC, «en tant que personne physique, 2,2 millions de dollars sur un compte à Miami et 8,5 millions d’euros sur son compte à Monaco, sans compter les avoirs d’un trust en Colombie ».

Outre Mediapart en France, le projet Football Leaks rassemble Der Spiegel (Allemagne), The Sunday Times (Royaume-Uni), Expresso (Portugal), El Mundo (Espagne), L’Espresso (Italie), Le Soir (Belgique), NRC Handelsblad (Pays-Bas), Politiken (Danemark), Falter (Autriche), Newsweek Serbia (Serbie) et The Black Sea, média en ligne créé par le Centre roumain pour le journalisme d’investigation.

LEPOINT.FR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici