Rayons UV et désinfectant injecté dans les poumons : les élucubrations du «docteur » Trump concernant le coronavirus

0
579

Le président américain réagissait aux résultats d’une étude selon laquelle le nouveau coronavirus, responsable de la pandémie, s’affaiblit dans une atmosphère chaude et humide ainsi que sous les rayons du soleil.

Ce n’était pas une scène du Médecin malgré lui, mais bien une conférence de presse de Donald Trump consacrée au coronavirus, jeudi 23 avril. Le président des Etats-Unis est monté sur le podium, visiblement fasciné par des travaux présentés par Bill Bryan, sous-secrétaire responsable de la technologie et de la science au département de la sécurité intérieure.

Avant de permettre à quiconque de poser une question, le président s’est lancé dans une improvisation dont il est coutumier, offrant de répondre à une « question à laquelle, probablement, certains d’entre vous [les journalistes] pensent ».

« Supposons que nous exposions le corps avec un énorme ultraviolet ou simplement une lumière très puissante, a déclaré M. Trump, je pense que cela n’a pas été vérifié, mais vous allez le tester. » Les chercheurs pourraient également apporter « la lumière à l’intérieur du corps », a ajouté M. Trump, « soit à travers la peau, soit d’une autre manière »L’Organisation mondiale de la santé a pourtant mis en garde contre l’utilisation de lampes UV pour stériliser une partie quelconque du corps, affirmant que cela pouvait provoquer des irritations cutanées.

Bill Bryan a également déclaré que des recherches avaient montré que l’eau de Javel pouvait tuer le virus dans la salive ou les fluides respiratoires en cinq minutes et que l’alcool isopropylique pouvait le tuer encore plus rapidement. M. Trump a suggéré qu’il y aurait d’autres tests effectués dans ce domaine également. « Le désinfectant l’élimine en une minute. Une minute ! », a-t-il déclaré. « Y a-t-il un moyen de faire quelque chose comme ça par injection à l’intérieur ? », évoquant « un nettoyage », sachant que le virus pénètre dans les poumons et y fait « énormément de dégâts ».


La docteur Deborah Birx, membre de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le virus n’a pas réagi aux propos du président concernant la luminothérapie ou les injections de désinfectant.

« Veuillez ne pas boire d’eau de Javel ou d’alcool isopropylique pour éliminer #COVID19 de votre salive », a tweeté Dara Kass, professeure associée de médecine d’urgence du centre médical de l’université de Columbia.

Des maillons faibles

Quelques instants auparavant, Bill Bryan avait expliqué : « Nous avons identifié quelques-uns des maillons faibles dans la chaîne de transmission du virus. Nous avons identifié que la chaleur et l’humidité étaient des éléments faibles de cette chaîne. Nous avons identifié que la lumière du soleil, les rayons UV étaient une faiblesse dans cette chaîne. »

A l’appui de ses dires, l’expert a présenté quelques données chiffrées de cette étude menée par le Centre national d’analyse et de contre-mesures en matière de biodéfense. Bill Bryan en a conclu que des conditions estivales pouvaient créer « un environnement dans lequel la transmission peut être réduite ». Mais cela ne signifie pas que l’agent pathogène soit éliminé entièrement. Et les résultats de cette seule étude ne sauraient justifier une levée des mesures de distanciation sociale actuellement en vigueur aux Etats-Unis, a-t-il mis en garde.

Qu’importe aussi si le coronavirus s’est révélé meurtrier dans des lieux comme Singapour alors que les températures y étaient estivales, ce qui met en doute un lien entre comportement du virus et facteurs environnementaux.

Près de 50 000 morts

Seize Etats américains établissent des plans de reprise de l’activité économique et d’assouplissement des mesures de confinement destinées à enrayer la propagation du coronavirus. La Géorgie et la Caroline du Sud autorisent certains commerces à rouvrir en cette fin de semaine.

La pandémie a fait 49 759 morts aux Etats-Unis, l’un des pires bilans humains enregistrés en vingt-quatre heures, selon les chiffres de l’université Johns Hopkins jeudi soir. Entre mercredi soir et jeudi soir, 3 176 nouvelles morts liées au Covid-19 ont été enregistrées dans le pays, selon les chiffres officiels.

Sur cette période de vingt-quatre heures, ce sont 26 971 nouveaux cas de coronavirus qui ont été recensés, pour un total de 866 646 cas identifiés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. En raison du manque de tests, le nombre réel de personnes infectées est probablement très largement supérieur.

lemonde.fr