Guinée : Arrestation de Cécé Loua « sans convocation, ni audition » (UFR

0
554

Conakry, Guinée : le parti de Sidya Touré, l’UFR, dénonce l’arrestation arbitraire de l’ancien maire de N’Zerekoré, Cécé Loua, dans un communiqué dont Guinéetime a reçu copie.

L’UFR a appris avec indignation l’arrestation de Monsieur Cécé Loua, Ancien Maire de N’zérékoré dans l’après-midi du vendredi 24 Avril 2020 à son domicile sis à Lansanaya.
Monsieur Cécé Loua est membre du Bureau Exécutif National et du Conseil Politique de l’UFR.

Il est également membre influent de la coordination du FNDC de N’zérékoré. Membre du groupe de médiation dans les conflits communautaires, homme de paix, reconnu pour son caractère modéré, Cécé Loua est aussi un homme d’affaires très connu dans la région de la Guinée Forestière.

Depuis plusieurs semaines, il se sentait menacé par certains extrémistes du régime d’Alpha CONDE qui ont décidé de réduire l’opposition au silence, surtout dans la région de la Guinée Forestière.

L’UFR condamne la manière dont Monsieur Cece Loua a été interpellé, sans convocation ni audition préalable. Ce genre de procédé qui s’assimile à un enlèvement est devenu récurent dans notre pays ces derniers mois et cela constitue une remise en cause des acquis démocratiques conquis de haute lutte dans notre pays durant les années qui ont précédé l’accession d’Alpha CONDE au pouvoir.

L’arrestation d’une telle personnalité en violation de toutes les formes de procédure est bien la preuve qu’une étape a été franchie dans la répression de l’opposition et les restrictions des droits et libertés dans notre pays.
L’UFR exige la libération sans délai et sans condition de Monsieur Cécé Loua, arbitrairement arrêté et détenu dans un lieu gardé secret.

Dans un contexte de crise sanitaire aiguë, marqué par la propagation rapide du COVID19 dans notre pays, l’UFR condamne les multiples arrestations arbitraires d’opposants et tient pour seuls responsables Alpha CONDE et ses sbires des risques élevés d’infection au COVID19 des opposants illégalement enlevés et détenus au mépris des règles élémentaires édictées par l’OMS pour se préserver de la maladie.

Fait à Conakry le 25 avril 2020

Le Bureau Exécutif National