Mort de Georges Floyd : au moins 200 attaques contre les journalistes dans les manifestations (ONU)

0
478
A journalist is seen bleeding after police started firing tear gas and rubber bullets near the 5th police precinct following a demonstration to call for justice for George Floyd, a black man who died while in custody of the Minneapolis police, on May 30, 2020 in Minneapolis, Minnesota. - Clashes broke out and major cities imposed curfews as America began another night of unrest Saturday with angry demonstrators ignoring warnings from President Donald Trump that his government would stop violent protests over police brutality "cold." (Photo by CHANDAN KHANNA / AFP)

Les journalistes qui couvrent les manifestations aux Etats-Unis doivent pouvoir faire leur travail sans être attaqués, intimidés ou arrêtés arbitrairement, a rappelé mercredi le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

La couverture par la presse des manifestations qui ont lieu dans plusieurs villes des Etats-Unis suite à la mort de George Floyd – un Afro-américain de 46 ans décédé le 25 mai à Minneapolis lors de son interpellation par la police – ne sont pas sans risque pour les professionnels des médias.

Le HCDH rapporte que des balles en caoutchouc et contenant des gaz irritants ont été tirées par des forces de l’ordre sur des manifestants mais aussi sur des journalistes « qui ne représentaient pas une menace imminente de préjudices graves à leur égard ».

Plusieurs journalistes qui couvraient les manifestations organisées dans plus de 300 villes américaines ont été agressés physiquement, intimidés ou arrêtés arbitrairement, bien que leurs accréditations de presse étaient clairement visibles. Pas moins de 200 incidents de ce type ont été signalés, rapporte le Haut-Commissariat.

«Ce qui s’est passé est une attaque sans précédent contre des journalistes », a dénoncé mercredi la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué de presse. « Dans certains cas, ils ont été attaqués ou même arrêtés alors qu’ils étaient à l’antenne », a-t-elle ajouté.

Les journalistes doivent être en mesure d’accomplir leur important travail sans attaques, ni répression –  Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Pour la Haute Commissaire, ces incidents sont «d’autant plus choquant que la liberté d’expression et des médias sont des principes fondamentaux aux États-Unis, au cœur de l’identité du pays ».

Mme Bachelet a appelé les autorités «à tous les niveaux » à veiller à ce que le message soit clairement compris : «les journalistes doivent être en mesure d’accomplir leur important travail sans attaques, ni répression ».

Samedi dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, avait rappelé sur son compte Twitter officiel que les attaques contre les journalistes constituent des attaques contre les sociétés.

« Aucune démocratie ne peut fonctionner sans liberté de la presse et aucune société ne peut être juste sans journalistes qui enquêtent sur des actes répréhensibles et disent la vérité au pouvoir », avait déclaré le chef de l’ONU sur le réseau social.

Source ONU INFO