L’épidémie d’Ebola dans l’ouest de la République démocratique du Congo atteint 100 cas

0
692
DCIM100GOPROGOPR1018.JPG

Brazzaville, 21 août 2020 Le nombre de cas de l’épidémie d’Ebola en cours dans l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC) a atteint 100, soit près du double en un peu plus de cinq semaines.

Cette dernière flambée, la 11e en RDC, a été déclarée le 1er juin 2020 dans la province de l’Équateur. Un groupe de cas a été initialement détecté à Mbandaka, la capitale provinciale. L’épidémie s’est depuis propagée à 11 des 17 zones de santé de la province. Sur les 100 cas signalés à ce jour, 96 sont confirmés et quatre sont probables. Quarante-trois personnes ont perdu la vie.

L’épidémie présente des défis logistiques importants, les communautés touchées s’étendant sur de grandes distances dans des zones reculées et densément boisées de la province, qui chevauche l’équateur. À ses points les plus larges, l’épidémie s’étend sur environ 300 km à la fois d’est en ouest et du nord au sud. Cela peut prendre des jours pour atteindre les populations touchées, les intervenants et les fournitures devant souvent traverser des zones sans routes, ce qui nécessite de longues périodes de navigation en bateau.

Une épidémie d’Ebola est survenue dans la même province en mai 2018 et a été contenue en moins de trois mois avec 54 cas et 33 décès enregistrés.

«Avec 100 cas d’Ebola en moins de 100 jours, l’épidémie dans la province de l’Équateur évolue de manière inquiétante», a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique. «Le virus se propage sur un terrain large et accidenté qui nécessite des interventions coûteuses et avec le COVID-19 drainant les ressources et l’attention, il est difficile d’intensifier les opérations.»

La réponse actuelle est sous-financée, ce qui ajoute des défis aux obstacles logistiques existants. L’OMS a initialement fourni 1,7 million de dollars EU et l’a ensuite complété par 600 000 dollars supplémentaires provenant de son fonds de réserve pour les situations d’urgence. Le ministère de la Santé de la RDC a présenté un plan intégré aux donateurs et partenaires pour un montant d’environ 40 millions de dollars US et a engagé 4 millions de dollars US. Il existe un besoin critique de soutien supplémentaire.

«Sans soutien supplémentaire, les équipes sur le terrain auront plus de mal à devancer le virus», a déclaré le Dr Moeti. «Le COVID-19 n’est pas la seule urgence nécessitant un soutien solide. Comme nous le savons d’après notre histoire récente, nous ignorons Ebola à nos risques et périls. »

La majorité des intervenants ont été mobilisés localement sous la direction du gouvernement de la RDC. Il y a actuellement 90 experts de l’OMS sur le terrain, ainsi que des experts de près de 20 organisations partenaires qui soutiennent la riposte. Depuis le début de l’épidémie, l’OMS a soutenu la vaccination en anneau de plus de 22 600 personnes à haut risque.

Avec ses partenaires, l’OMS a aidé à dépister plus de 640 000 personnes dans 40 points de contrôle qui ont été mis en place pour aider à assurer la sécurité des voyageurs lors de leur passage dans une zone touchée. L’OMS s’est également employée à sensibiliser près de 774 000 personnes dans les communautés touchées à Ebola sur la manière de reconnaître les symptômes et de se faire soigner.

En outre, l’OMS et ses partenaires sont également prêts à soutenir le ministère de la Santé dans la mise en œuvre des activités de préparation et de préparation dans les zones de santé actuellement non touchées de l’Équateur afin de réduire la propagation de l’épidémie.

OMS Afrique