Manifs à Kankan : « Nous avons décidé d’arrêter les manifestations de rue » (Porte-parole des manifestants)

0
795

Conakry-Guinée : De négociations en négociations, les jeunes qui manifestent depuis plusieurs mois à Kankan pour obtenir la construction d’un barrage hydroélectrique pour la Haute Guinée ont finalement décidé d’arrêter les manifs. L’annonce a été faite dans la soirée de samedi 5 septembre par le porte-parole de leur mouvement à travers une déclaration, nous rapporte ce dimanche 6 septembre 2020 le correspondant de guineetime.com basé dans la préfecture.

Après avoir annoncé la trêve des manifestations le jeudi dernier (3 septemre) au terme d’une négociation au quartier Senkèfara, les leaders du mouvement étaient invités ce Samedi soir au bureau du préfet, Amara lamine Soumah, pour un autre dialogue organisé toujours par le Sèrè Djamanadia n°4 et Ibrahima Kalil Diané, directeur national du Système informatique, au ministère des Finances et du Budget, mais aussi d’autres fils du terroir.

Au cours cette négociation, des agents de la police se sont introduits par force dans le bureau du préfet dans le but d’arrêter le président du mouvement, Ousmane Kaba. Grâce à la bravoure des membres du Sèrè Djamanadia n°4, les agents n’ont pas pu l’arrêter. C’est après cet épisode que les jeunes ont finalement accepté les doléances posées par le Sèrè à la fin de la médiation. Une décision qui a sur le champ été marquée dans une déclaration.

Interrogé à la sortie de la médiation, le porte-parole a expliqué les raisons de la décision. « Je confirme que nous arrêtons les manifestations de rue à partir de l’instant. On a été approché par nos grand-frères à l’occurrence Sèrè Djamanadia n°4. On n’a pas mis de conditions parce que socialement quand il y a des remous sociaux dans cette ville, le Sèrè est obligé de s’y mêler pour qu’il y la quiétude. Nous savions que Sèrè Djamanadia n°4 n’est pas un mouvement politique. Donc, nous avons confiance en eux et nous savons qu’ils ne peuvent pas nous échanger pour des tickets nominatifs. Donc, avec la situation de cette ville-là, nous avons décidé d’arrêter les manifestations. Mais cela ne veut pas dire qu’on arrêté de suivre l’évolution du projet de barrage. Nous avons reçu des documents qui prouvent à suffisance que le barrage est en cours », a souligné Mamoudou Kaba.

Il faut noter que le préfet a pris la garantie la libéralisation immédiate de leurs camarades arrêtés lors de la dernière manifestation.

Sékou CAMARA pour guineetime.com

628 71 47 24