Hausse du prix du transport : Des étudiants en colère à Conakry

0
636

Conakry,Gunée: Des étudiants de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry et celle de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia ont battu pavé ce lundi dans les rues de Conakry pour exiger la réduction du coût du transport.

 Ce lundi on pouvait lire sur les banderoles que ces étudiants brandissaient « 3000 franc c’est trop, 1500 franc, c’est bon comme prix du transport d’un tronçon »

Cette manifestation spontanée est parti de l’université Gamal Abdel Nasser et le point de chute devrait être les locaux des Ministères de l’Enseignement Supérieur et des Transports. Mais malheureusement pour ces protestataires, c’est au niveau du lycée 2 Aout que le cortège a été rapidement dispersé par les forces de sécurité. Certains ont rebroussé chemin dans l’enceinte de l’université de Conakry, endroit où ces jeunes étudiants ont fait leurs déclarations.

 « Nous manifestons contre la hausse du prix du transport, parce que ce qui était à 1500 est passé à 3000 francs.  C’est très couteux pour nous en tant que qu’étudiants. Ainsi le déplacement devient difficile pour nous déplacés car nous dépensons près de 50000 franc pour certains avant de regagner le campus, quelle cruauté contre les étudiants », s’interroge Mamadou Barry, étudiant à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia

Non loin de lui, Aboubacar Keita, se crispe. « Nous étions mobilisés pour une marche pacifique, les Forces de l’ordre sont intervenus avec force et ont arrêté illégalement notre marche pacifique en nous dispersant à coup de gaz lacrymogène », a-t-il déclaré. Son collègue Naby Camara lui,  décrit la cherté de la vie dans les ménages. « Nos familles souffrent et certains d’entre nous ne vivent pas avec leur famille ici à Conakry. Le plus grand problème pour eux c’est bien le transport. Depuis l’instauration de l’Etat d’urgence sanitaire, plusieurs d’entre nous ne peuvent plus venir à l’école. Raison pour laquelle on s’est mobilisés pour faire une marche pacifique au nom de tous les étudiants de Guinée »

En tout cas plusieurs d’étudiants ont été interpelés par les forces de l’ordre à l’occasion de cette manifestation et leurs collègues exigent la libération de leurs condisciples.   

Moise RAMA Fils