Affrontements à Macenta : Les révélations de Lucien Guilao (Fils de la localité)

0
202

Macenta-Guinée : De retour à Conakry le vendredi 1 er janvier 2021, Lucien Guilao, qui était à la tête d’une mission de l’Association des ressortissants de Macenta à Conakry, est revenu sur les malheureux événements qui ont secoué cette ville. Il indique que ladite mission avait pour but, l’installation du nouveau patriarche Loma dans sa nouvelle maison, de l’inauguration de la morgue de l’hôpital et la remise de la clé du siège du RPG Arc En Ciel offert par le Ministre d’État, Ministre de l’Environnement des Eaux et Forets, Oyé Guilavogui.

Sur l’origine de la mésentente, ce fils de la localité révèle : « Il a semblé qu’il fallait aussi faire les sacrifices du mausolée où est enterré les ancêtres Loma. Donc, le malentendu est parti de là (…) ce qu’il faut préciser aussi le terrain sur lequel la maison a été construite est un terrain qui a été donné gratuitement par la communauté Toma-manian. Je n’aime pas trop prononcer le mot Toma-manian parce que pour moi, Toma et Toma-manian sont pareils et c’est la même communauté », précise-t-il. Lucien Guilao soutient qu’il n’existe aucun conflit intercommunautaire, mais plutôt un conflit familial selon sa vision des choses. « Il y a eu un gros malentendu qui a débouché sur l’affront. Je suis très mal placé pour vous expliquer l’origine lointaine de cet affront entre les oncles et les neveux qui concerne à ce que j’attends par-ci par-là sur la paternité de la ville de Macenta. Moi, tout ce qui m’importait, c’était à ce que tout le monde puisse vivre ensemble et dans la paix », déclare ce cadre originaire de cette préfecture.

Ces violences, ont enregistré 17 morts et plusieurs blessés selon un député joint par notre rédaction. A l’allure où vont les choses, notre interlocuteur fait savoir qu’il devait faire quelque chose afin de concilier les deux protagonistes. « Le chef notable, quand je suis arrivé et ce qui m’a marqué, il m’a dit qu’en venant ici (à son domicile, ndlr) je le désarmais. Qu’il n’avait plus de force, il n’avait plus rien à dire et était en manque d’arguments. Parce que la démarche, non seulement lui a plu venant de moi parce qu’il me connaissait, connaissait toute ma famille et savait que ce que je disais était sincère. Il a pris l’engagement de faire stopper les choses en lançant des messages pour que la violence s’arrête. C’est ce qu’il a fait et cela a permis le lendemain à toutes les boutiques d’ouvrir », révèle Lucien Guilao.

Pour discuter des questions de la localité afin de pallier à ce genre de situation dans le futur, les deux notables ont promis de se voir le plus souvent a-t-il mentionné. Quant aux victimes, d’après plusieurs sources, elles ont été nuitamment enterrées à N’Zérékoré dans la nuit du jeudi au vendredi.

Moise Rama Fils