La Guinée a fait de grands progrès en matière de planification familiale

0
203

Vendredi 29 janvier, Washington, DC  – Selon les nouveaux chiffres publiés par Family Planning 2020 (FP2020), jamais autant de femmes et de jeunes filles dans les 69 pays au plus faible revenu du monde n’avaient eu accès à la planification familiale jusqu’à maintenant.  

FP2020: La Courbe de Progrès, le rapport final du partenariat, révèle que 320 millions de femmes et de jeunes filles utilisent désormais une contraception moderne, soit une augmentation de 60 millions d’utilisatrices en plus depuis 2012.

Le rapport publié cette semaine par FP2020, un partenariat mondial qui soutient les droits à la planification familiale des femmes et des jeunes filles, détaille les progrès réalisés en matière de planification familiale au cours des huit dernières années. Dans 13 pays à faible revenu, le nombre d’utilisatrices de contraceptifs modernes a doublé depuis 2012, et plus de 121 millions de grossesses non désirées, 21 millions d’avortements à risque et 125 000 décès maternels ont été évités rien que l’année dernière.

Avec près de 60 % de sa population âgée de moins de 25 ans, l’Afrique est la région la plus jeune du monde. C’est en veillant à ce que les jeunes femmes et les jeunes filles aient accès à une gamme croissante de méthodes contraceptives, que les résultats en matière de santé, comme la réduction de la mortalité maternelle et infantile, mais aussi la scolarisation et les résultats économiques ont pu être améliorés, ouvrant la voie à des communautés plus instruites, à des populations en meilleure santé et au développement du continent.

Malgré la menace de la Covid-19, la communauté de la planification familiale a franchi les obstacles pour transformer la vie des femmes et des jeunes filles dans les pays les plus pauvres du monde grâce à de meilleurs moyens et un meilleur accès à la contraception. Des progrès qui n’ont été possibles que grâce au travail avant-gardiste du partenariat FP2020.

Beth Schlachter, directrice exécutive de FP2020, a déclaré : « Le partenariat FP2020 a fait monter en flèche la courbe des progrès et a répondu avec force à la Covid-19. Grâce à un partenariat coordonné au cours des huit dernières années, des millions de femmes et de jeunes filles peuvent désormais planifier leur propre avenir en ayant accès à des contraceptifs qui changent la vie et sauvent des vies. Cette dynamique doit s’accélérer à mesure que la communauté de la planification familiale fait des projets pour l’avenir. »

Puis elle a ajouté : « Depuis 2012, le mouvement de planification familiale a acquis une dynamique importante. Il reste toutefois de nombreuses difficultés à surmonter. Chaque jour qui passe, des millions de personnes se voient refuser le droit de décider de leur propre avenir. Alors que nous nous tournons vers 2030, nous devons continuer à faire avancer les choses, à tirer parti de ce qui fonctionne bien et à veiller à ce qu’aucune femme ni aucune jeune fille ne soit laissée pour compte. »

La Guinée a fait de grands progrès en matière de planification familiale ces dernières années :

  • L’utilisation de contraceptifs en Guinée a permis d’éviter plus de 133 000 grossesses non désirées, 47 000 avortements dangereux et 550 décès maternels au cours de la seule année dernière.
  • Des progrès importants ont été réalisés en Afrique, où, en juillet 2020, le nombre d’utilisatrices de méthodes modernes de contraception avait augmenté de 66 % par rapport à 2012, passant de 40 millions à plus de 66 millions de femmes et de jeunes filles. En Afrique orientale et australe, le nombre d’utilisatrices de contraceptifs modernes a augmenté de 70 % depuis 2012.

Les partenaires et les pays partout dans le monde ont réagi rapidement à la Covid-19 et à la menace qu’elle représentait pour des décennies de progrès pour les femmes

L’année dernière, la communauté mondiale de la planification familiale a été confrontée à son plus grand défi pendant la pandémie, mais la réponse a été rapide et globale.

Des partenaires de FP2020, tels que le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), ont élaboré un plan d’action mondial en réponse à la COVID-19 pour maintenir la continuité et protéger l’approvisionnement en contraceptifs modernes et en produits de santé reproductive, tandis que plusieurs gouvernements ont élaboré des directives anti-Covid-19 pour la santé reproductive.

L’effort coordonné du partenariat a sauvegardé la planification familiale en tant que service de santé essentiel. Cette réponse semble avoir largement évité le pire des scénarios, mais un plus grand travail est nécessaire pour rendre ce défi moins important.

Toucher plus de femmes et de jeunes filles sera le moteur du nouveau partenariat FP2030, qui inspirera et galvanisera la prochaine décennie de progrès

Même si les progrès ont été de taille, des millions d’autres personnes souhaitent toujours avoir accès aux méthodes modernes de contraception. En juillet 2020, il y avait environ 942 millions de femmes en âge de procréer dans les 69 pays cibles de FP2020, contre 822 millions en 2012, soit environ 15 millions de femmes en plus chaque année. Le simple fait de suivre cette croissance démographique signifie que beaucoup plus de femmes et de jeunes filles ont besoin de services de contraception chaque année.

Nous devons continuer à placer les femmes et les jeunes filles au centre de la planification familiale. La quête d’un monde plus pacifique, plus prospère et plus équitable est inextricablement liée aux droits de ces personnes et à leur capacité à façonner et à faire leurs propres choix en matière de planification familiale.