Labé : le corps sans vie d’un nourrisson découvert à N’Diolou

0
164

Labé-Guinée : Cette découverte macabre du corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin a eu lieu dans la nuit de ce lundi 8 février 2021  au secteur N’Diolou Dantary, dans le quartier Pounthioun, commune urbaine de Labé.

Le responsable dudit secteur  revient sur les circonstances dans lesquelles il a été informé de cette découverte macabre. « Moi, j’étais au carrefour Radar et un de mes jeunes frères qui m’a appelé, il m’a dit qu’on a retrouvé le corps sans vie d’un nouveau-né. Directement, je suis arrivé. Lorsque je suis arrivé, j’ai ouvert le sachet en plastique de couleur bleu  et j’ai vu que c’est un bébé. J’ai  aussitôt appelé le chef de quartier, mais il me dit de joindre la police Au moment où je cherchais un taxi-maitre, on m’a rappelé que M. Barry est-là et il travaille à la police. On a appelé sa femme et elle nous a donné le numéro de son mari. Je l’ai joint maintenant il me dit qu’il y a une ONG qui s’en occupe de cela. J’ai appelé la dame qui se charge de la dite ONG et quelques instants, elle est venue faire le constat. Depuis que je suis chef de secteur, je n’ai jamais été informé d’une telle découverte », affirme Mamadou Diouldé Bah, chef secteur de N’diolou Dantary.

De son côté, Mamadou Ramata Diallo, responsable de l’Office de protection du genre et mœurs (OPROGEM) au Commissariat central de police de Labé, a déploré cette découverte avant de lancer un appel aux femmes et aux autorités locales. « C’est quelque chose d’impressionnant. Il y a des structures à Labé qui sont là pour la protection de l’enfance. Il y a des familles d’accueil qui ont des moyens et qui n’ont pas d’enfants qui veulent vraiment adopter des enfants. Pourquoi les femmes vont accoucher et faire de cette manière, tuer son enfant ? Si tu n’es pas à mesure de t’occuper de ton enfant, tu l’as mise au monde, tu sais la souffrance que tu as mené durant la grossesse et à l’accouchement, pourquoi ne pas nous informer pourvue que nous cherchons des familles qui peuvent s’occuper de ces enfants ? Qu’elles sachent que vraiment nous sommes-là. Si les femmes ne peuvent pas se protéger pour éviter ces grossesses, quand tu contracte une grossesse, il faut nous informer, on va trouver une solution ensemble. Aussi à l’autorité locale, quand vous constatez des lieux comme ça parce que ce ne sont que des nids de bandits, il faut que vous remontiez les informations. Si les propriétaires ne sont pas là, que des dispositions soient prises pour que ces lieux soient vraiment des lieux où on ne peut pas faire ces genres de chose », demande-t-elle.

Aissatou Diallo Labé pour guineetime